Stéphane Chapelle réinvente le bouquet de la Saint-Valentin

Imaginez un peu que la nature décide de prendre sa revanche sur l’hiver en envahissant nos accessoires. C’est le scénario poétique qu’a décidé de nous offrir Stéphane Chapelle, fleuriste-jardinier, en guise de cadeau de Saint-Valentin.

 

 

 

 

 

Le travail de Stéphane Chapelle, dans sa boutique de fleurs parisienne, s’apparente plutôt à celui d’un couturier ou d’un architecte, qui réfléchirait longuement à l’association des matières, à la structure globale des œuvres ou à la façon de mettre en valeur une pièce centrale.

C’est pourtant bien de fleurs qu’il s’agit, et c’est à travers ses bouquets que Stéphane semble  s’amuser à provoquer l’étonnement, en détournant le langage des fleurs. C’est ainsi, à travers ses compositions foisonnantes  mais sophistiquées, que Stéphane assoit son style si singulier, à la fois contemporain et naturel, et par là même sa réputation dans les cercles huppés de Paris.

Réinventer la Saint-Valentin

Ce mois-ci, il étonne et détonne, en présentant sa Saint-Valentin Flower Fashion Victim, c’est-à-dire sa vision personnelle d’une fête souvent assez convenue. Si vous aimez célébrer la Saint-Valentin, mais que l’idée d’un énième bouquet de fleurs ou de la sempiternelle boîte de chocolat vous fait déjà tourner de l’œil, alors vous serez peut-être intéressé par ce drôle de projet qui s’approprie les codes de cette fête pour en faire une ode cocasse à la modernité au naturel.

Stéphane s’est amusé à recouvrir des accessoires de mode typiquement urbains, tels que le sac à main ou le casque de scooter, d’une enveloppe de roses, de feuilles et de grappes de baies, principalement dans des tons de rouge et de rose, pour coller au thème romantique de cette fête. Si le prix de ces œuvres en fera dételer certains (130€ la pièce), il faut se souvenir que ce sont des pièces uniques, personnalisables et entièrement faites à la main.

Stéphane utilise un scotch à double-face pour appliquer les végétaux sur les objets choisis. Il suit les envies de chacun, tout en guidant ses clients vers des plantes aux feuilles assez dures, qui ne faneront donc pas trop vite. « On veut que l’objet tienne le coup pour au moins vingt-quatre heures ! » rit-il.

Les fleurs s’emparent de Paris

Ces objets d’apparence extravagante, aux fleurs chaleureuses et désordonnées, semblent faire un pied de nez au noir qui envahit nos garde-robes pendant les mois d’hiver, et au bitume qui nous encercle. On se prend à rêver que cette végétation n’en restera pas là et continuera de se répandre insidieusement : imaginez une table de café envahie de fougères pourpres, des bottes à talons emprisonnées de lierre ou encore un scooter (pour aller avec le casque, voyons !) qui projetterait des gerbes de laurier rose…

 

© Photos: Stéphane Chapelle

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone