Centrale "Noor" :

Sous le soleil exactement !

Au moment même ou se tenait la COP21 à Paris, et en amont de la COP22 qui aura lieu cette année à Marrakech, le Maroc finalisait la mise en service de sa première centrale solaire thermique « Noor », dont la première tranche est inaugurée aujourd’hui par le Roi Mohammed VI. Néoplanète est allé prendre la température sur place. Reportage.

DSCN2349
« Noor » dans le désert marocain.

À quelques encablures de Ouarzazate, sous le soleil d’automne et ses 25°C, « Noor », « la lumière » en arabe, se dessine dans le désert du sud marocain. Au pied des contreforts du Haut-Atlas, d’innombrables travées de miroirs concaves équipés de trackeurs pistent le mouvement du soleil. Et au milieu trône une centrale. Véritable plateau de cinéma de science-fiction, entre Star Wars et Dune, le site pourrait se confondre avec les Studios de l’Atlas, situés seulement à quelques kilomètres. Une zone aride, parsemée d’Algeco, des bâtiments futuristes, flambant neufs, une turbine d’où s’échappe une immense colonne de fumée blanche dans un ciel azur, la centrale solaire thermodynamique, initiée en 2013, sera inaugurée dans les semaines à venir.

« Noor a été installée dans le désert afin de préserver les terres agricoles du secteur », nous confie sur place Maha Kadir, de l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (Masen), en charge du projet avec l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE). Alimentée par le barrage El Mansour Eddahbi, à quatre kilomètres du site et à hauteur de 3% des eaux de la retenue, Noor I, dans sa première phase, c’est 170 mégawatts (MW) de production d’électricité sur 480 hectares et 500 millions de miroirs-courbe.

Noor, la centrale solaire marocaine

L’équivalent de deux EPR

Soit la 7e centrale solaire dans le monde derrière les États-Unis et l’Espagne. « Deux mille personnes de la région de Ouarzazate ont participé à sa construction, avec un vaste plan de formation dédié aux métiers spécifiques », se félicite Maha Kadir. Une valeur d’exemplarité revendiquée, à tel point que Masen envisage une ouverture au grand public pour des visites pédagogiques et la construction d’un écomusée sur le site. En parallèle de la COP22 à Marrakech, des partenariats, à destination notamment de la Côte d’Ivoire et du Nigeria, sont en cours pour un transfert de technologie ou une aide à la construction en Afrique subsaharienne, là où la demande d’électricité devient urgente.

À terme, sur 3000 hectares, deux autres phases, Noor II et III, devraient compléter le projet pour une capacité totale de 500 MW. Et quatre centrales du même type devraient voir le jour sur le territoire marocain dans le cadre du vaste Plan national des énergies renouvelables, lequel se targue de 42% de renouvelables (éolien, photovoltaïque, solaire et hydraulique), soit 2000 MW, sur le territoire chérifien d’ici à 2020.

Si l’ensemble des partenaires finalisent la totalité des projets en cours ou annoncés, c’est près de 3200 MW d’électricité, soit l’équivalent de deux réacteurs EPR, qui seraient produits par le Maroc, bien au-delà du plan initial. Pour André Azoulay, le conseiller économique du roi Mohammed VI, sur place à Ouarzazate, « c’est le chemin de l’audace et de l’avenir ». 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Jean-Michel Véry

Guitariste, compositeur, après dix ans de bons et loyaux services auprès de musiciens comme Andy Chase, Laszlo de Trèbes ou Vivien Savage, il débranche pour le journalisme et collabore avec L’Optimum, Le Figaro, Politis… Un père anglais et une mère égyptienne, aux ascendances touaregs, lui confèrent génétiquement le goût du voyage. Il signe régulièrement la rubrique « tourisme » pour Néoplanète.