Soleil : lumière sur les idées reçues

The_sun1Pour mettre un terme aux nombreuses légendes sur le soleil et ses effets, le Docteur Christelle Comte, dermatologue spécialiste des maladies dues aux UVA et UVB,  répond à nos questions.

 

3874668986_7cf4e1b3f9Qu’est-ce que le capital soleil ?

On utilise ce mot pour parler des effets du soleil qui s’accumulent au fur et à mesure de notre vie. Selon les individus, le capital soleil est plus ou moins grand. De manière générale, ceux qui ont le teint pâle et les yeux très clairs ont un petit capital, leur résistance au soleil sera rapidement atteinte.

 

tanga-109155_640Les  individus font-il des progrès en matière de protection solaire ?

Les gens sont un peu plus vigilants qu’auparavant. Le monoï ou la graisse à traire séduisent moins que dans les années 1990. Mais il  y a toujours un petit pourcentage d’irréductibles amoureux des U.V. et du teint hâlé. Certains sont même accrocs. Cette dépendance sociale au regard des autres se traduit par un besoin obsessionnel d’être bronzé toute l’année.

sunburn_by_zifnab_illus-d62yxjwQu’est-ce que la tanorexie ?

Le tanoholisme ou encore bronzomanie est une dépendance pathologique au bronzage. C’est assez rare et plutôt marginal comme maladie, mais ça existe. L’addiction aux cabines de bronzage, c’est quelque chose de bien plus courant.

 

7478809946_e59abd6e91Pourquoi est-on addict au bronzage ?

Le lobby des cabines U.V. est très important. Ils sont assez malhonnêtes et font une publicité au bord de l’illégalité.  Normalement, ils ne devraient pas avoir le droit d’axer leur discours autour des bienfaits du soleil mais ils le font quand-même.

Les cabines U.V., c’est vraiment dangereux ?

Oui, les cabines U.V. sont vraiment mauvaises. Je recommande l’autobronzant et les cabines autobronzantes. Les progrès sont majeurs, le résultat est de mieux en mieux maîtrisé et il n’y a absolument aucun danger pour la santé.

20335863_b71dc56332_oQuid des gélules solaires en tout genre ?

Les études montrent un effet réel mais marginal. Les gélules permettent une réduction de 15% du risque de coup de soleil. Je les recommande pour les gens qui ne peuvent pas faire autrement pour préparer leur peau au soleil. Par exemple en prévention d’une après-midi sur un bateau pourquoi pas. Mais attention, il ne faut pas croire qu’il s’agit d’une protection solaire pour autant.

Sunburn_flickr_02Et les enfants dans tout ça ?

C’est criminel de ne pas protéger son enfant contre des rayons du soleil. Déjà les petits de moins de trois ans ne doivent même pas s’exposer au soleil. Rien du tout, aucune exposition et il n’y a pas à transiger. Il faut miser sur les chapeaux, les lunettes de soleil et les vêtements de plage longs, qui couvrent le corps. Chez les plus grands la protection doit aussi être renforcée : les crèmes minérales pures sans filtres (ce qui permet de leur éviter des allergies) sont encore ce qu’il y a de mieux. Les vêtements anti-U.V. sont aussi très bien.

Les parents minimisent-ils les dangers du soleil ?

32078457_1f9208b4da_oClairement oui. J’ai des patients de trente ans qui arrivent avec des mélanomes parce que leurs parents ne les ont pas suffisamment protégés. Ce qui sur le coup n’a que l’apparence d’un coup de soleil qu’on soigne rapidement, peu se transformer en dommages irréversibles pour la peau. Il faut vraiment insister chez les enfants qui ne peuvent pas se protéger seul.

SONY DSCA quoi correspond l’indice solaire sur le flacon de la crème ?

A la réduction du risque de coup de soleil. L’indice réel de protection correspond au tiers de ce qui est écrit. On n’en applique jamais suffisamment. Je pense qu’il faut prendre une 50 qui correspond déjà en réalité à une 15. Quelque soit la crème, il faut en mettre toutes les deux heures. L’indice est lui même photodégradable, il perd ses protections aux soleil.

Comment savoir s’il faut mettre de la crème solaire en ville ?  

S’aider de l’index U.V. du jour pour se protéger. Il faut consulter le site de Météo France. On peut prendre des coups de soleil même par temps couvert et nuageux ! L’index va de zéro à onze : à partir de quatre il faut se protéger. J’ai souvent des patients qui assurent ne jamais s’être exposés au soleil. Je leur explique qu’il n’y a pas besoin d’être à la plage les pieds dans l’eau pour faire du mal à sa peau. C’est surtout vrai pour les hommes un peu dégarnis qui ne se protègent pas le crâne en ville en été.

Pourquoi c’est en Australie qu’il y a le plus de cancer de la peau ?

L’intensité du soleil est très importante dans cette partie du globe. L’Australie est située tout près du trou de la couche d’ozone. Les rayons ultraviolets sont extrêmement puissants. En plus, une grande partie de la population est d’origine irlandaise, d’où la fragilité de leur peau. Dans le pays, c’est un réel problème de santé publique. Surtout pour les enfants, qui sont sensibilisés à la protection au soleil dès l’école primaire et qui se baladent souvent en combinaison anti-U.V.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Barbara Krief

Journaliste pour Le Plus de L'Obs, Barbara Krief continue d'écumer les festivals engagés pour Néoplanète. Retrouvez-la sur Twitter @KriefB.