So Capristi : les bijoux éthiques en toute transparence

Les bijoux durables et issus du commerce équitables ont une nouvelle vitrine sur Internet. Pendentifs, bagues, bracelets, boucles d’oreilles éthiques… Les créations d’une quinzaine de marques éthiques sont disponibles sur le site « So Capristi » de Sophie Benaiteau.

Un site pour les caprices éthiques
Après dix ans passés dans la finance, Sophie Benaiteau a décidé de changer de métier. « Je voulais avoir une activité qui me passionne et qui respecte mes convictions. J’adore la mode et les bijoux mais j’avais du mal à trouver des filières équitables sur Internet », explique celle qui signe désormais Sophie Capristi. Et pourquoi ce nom ? « Parce que je m’appelle Sophie (So), qu’acheter un bijou, c’est un caprice (Capri) mais qu’avant tout il s’agit d’avoir du style (Sti), donc So Capristi. », précise-t-elle.

Quinze marques présentent leurs créations sur So Capristi. Les matériaux sont variés, et ce n’est pas peu dire. Bien entendu, il y a l’or et l’argent, incontournables et issus d’une filière éthique. Le bois, les chutes de tissu et les perles,  assez classiques. Et il y a les originaux. La marque Patams propose ainsi des colliers avec des feuilles tombées des arbres. Elles sont ramassées puis déchlorophylisées. Ensuite, il n’y a plus qu’à donner la forme que l’on veut. De son côté, l’Atelier des Dames crée des boucles d’oreilles et des colliers en écailles de poissons. Ces bijoux sont fabriqués par des femmes brésiliennes qui récupèrent la matière première sur les pêches de leurs maris.

Une transparence à double tranchant
Pour choisir ses créateurs, Sophie est très vigilante lors de l’entretien. « Je ne peux pas aller voir sur chaque site la manière dont sont conçus les bijoux. Alors, c’est une histoire de confiance. Mais on voit vite quel créateur fait vraiment du commerce équitable. Ils savent toujours d’où vient la matière première et comment elle est fabriquée », affirme-t-elle.

L’éthique de So Capristi réside surtout dans la transparence. La marque Silverchili, par exemple, utilise de l’argent recyclé pour ses pendentifs mais des chaînes neuves (le façonnage des chaînes est trop compliqué à mettre en place dans les coopératives où sont confectionnés les pendentifs). La provenance des chaînes n’est pas précisée mais il y a peu de chances qu’elles soient issues d’une filière équitable. Néanmoins, c’est noté dans la fiche Silverchili de So Capristi. En revanche, la marque Ombre Claire se procure ses chaînes en Allemagne. On évite ainsi le « made in China ».

Né en juin 2010, le site n’en est encore qu’à ses débuts. Mais il a déjà des représentantes de choix : les chroniqueuses de la matinale de Canal + et de C à vous sur France 5, mais aussi la chroniqueuse engagée Rokhaya Diallo (Canal +, RTL, iTélé) comme ambassadrice.

Crédit photo 2 : Lucie Sassiat
Crédit photo 3 et 4 : Voltajazz
Crédit photo 5 : So Capristi

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone