Innovation :

Sexe : la bague qui dépiste les maladies

Détecter une IST sans passer chez le médecin ? C’est bientôt possible grâce à cette nouvelle bague qui analyse votre sang ou encore ce préservatif qui change de couleur selon la maladie dépistée.

sexinnovation
Bague inventée par Irina Rymshina et préservatifs multicolores

Syphilis, chlamydia, gonorrhée, trichomonase… Ces noms ne vous disent peut-être rien et pourtant, 500 000 personnes sont chaque année contaminées par une de ces quatre infections sexuellement transmissibles. Détectées à temps, ces infections se guérissent bien. Mais c’est rarement le cas. La chlamydia par exemple, touche particulièrement les jeunes femmes de 18 à 24 ans sans pour autant avoir de symptômes visibles. Seuls les centres de dépistage permettent de savoir si vous êtes porteuse ou non de l’infection. Un inconvénient qui n’est pas des moindres puisque des heures d’attente sont souvent nécessaires et que tout le monde n’a pas accès à ces centres… Ces deux innovations technologiques permettraient de régler le problème !

bagueLa bague Hoope

Inventée par la russe Irina Rymshina, cette bague est très simple à utiliser. Vous la placez autour de votre doigt et en quelques secondes le tour est joué ! La bague Hoope analyse votre sang et vous dit si vous avez un risque ou non d’être porteur d’une IST.

Comment ? L’anneau vous prélève une goutte de sang. En quelques secondes les analyses sont faites et vous sont envoyées via une application mobile. Pour les plus frileux et les anxieux des prises de sang pas d’inquiétude, le prélèvement est indolore : un signal électrique est envoyé avant la piqûre pour saturer les récepteurs des cellules nerveuses ; vous ne ressentez donc rien à cet endroit.

applicationHoope

La cerise sur le gâteau ? Ce système est peu coûteux (environ 44 euros) et sera commercialisé d’ici la fin de l’année. L’application mobile propose également des conseils aux porteurs d’une infection pour expliquer d’où elle vient, quels sont les risques et les traitements, avec des adresses pour consulter rapidement un médecin.

preservatifs2Le préservatif S.T.Eye

Ce sont trois jeunes britanniques de 13 et 14 ans qui ont imaginé ce préservatif en latex capable de détecter les infections sexuellement transmissibles.

Comment ? Vert pour le chlamydia, bleu pour la syphilis, violet pour le papillomavirus ou encore jaune pour l’herpès, le préservatif changerait de couleur suivant la maladie détectée grâce à des anticorps présents dans le latex.

Alors que les préservatifs multicolores, encore prototypes, semblent être de l’ordre du gadget, les bagues Hoope pourraient avoir un avenir prometteur. L’équipe de développement du projet souhaite étendre les fonctionnalités à un plus large éventail de maladies comme le VIH, le cancer et le diabète. Avec un système aussi simple d’accès et si peu couteux, c’est la vie de milliers de personnes qui pourraient changer.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !