Severn, un regard vers l’horizon

Severn Cullis-Suzuki est l’héroïne du dernier film de Jean-Paul Jaud, Severn, la voix de nos enfants. En 1992, à 9 ans, son cri d’alarme avait ému les dirigeants du monde entier réunis au Sommet de la Terre. Vingt ans après, son engagement de femme est plus fort que jamais. Elle vit dans une petite communauté de l’archipel Haïda Gwaii, au large de la Colombie-Britannique et elle a rejoint la fondation David Suzuki, une œuvre initiée par son père, scientifique renommé. Propos recueillis par Pascale d’Erm.

Votre engagement précoce vous a-t-il aidé à mieux grandir ?

Grandir en ayant conscience que l’on a un avis à exprimer, et que les adultes peuvent être interpellés sur leurs « vraies » valeurs par les jeunes a été très enrichissant. Qu’on soit jeune ou vieux, souvenons-nous que nous avons tous le droit d’avoir un avis, et utilisons-le.

Comment vos choix quotidiens, en tant que mère, contribuent-ils au bonheur de votre famille ?

Je pense que chacun de nous a besoin de se reconnecter à la terre, pour la respecter, mais aussi pour être plus heureux et en meilleure santé. Enfant, j’allais camper et pêcher avec ma famille et nous connaissions très bien les fermiers locaux. Aujourd’hui, avec mon mari, nous continuons à pêcher, à chasser et nous en sommes très fiers. Je pense qu’il est important d’être connecté aux origines de son alimentation et j’espère que mes enfants continueront à se nourrir grâce à l’océan.

Depuis la naissance de mon fils, j’ai réalisé que les mères sont les personnes les plus occupées de la planète ! Et malgré tout, elles adhèrent massivement aux associations environnementales. Celles qui participent à ce combat écologique doivent savoir qu’elles appartiennent à une formidable communauté active dans le monde entier.

Votre engagement en faveur de la planète est-il épanouissant pour vous ?

Responsabiliser et encourager les gens, les aider à réaliser qu’ils ont tous un rôle important à jouer est majeur pour moi. Dans notre monde développé, grâce aux outils, à l’éducation, à nos droits démocratiques, chacun peut s’épanouir en participant au bien commun, et il y a tant de choses à faire ! C’est ma mission : aider les gens à réaliser combien ils sont puissants.

Est-ce aussi un chemin spirituel ? L’amour de votre enfant est-il votre « moteur » ?

Quand nous naviguons sur la mer, avec mon mari et mon fils, je me sens connectée à la fois au passé – les ancêtres de mon mari étaient de grands navigateurs – et au futur. J’y puise beaucoup de force. Et quand je regarde mon fils, je sais qu’il y a beaucoup d’espoir et de beauté dans l’avenir et que notre responsabilité sacrée est de se battre pour cela.

L’engagement écologique peut-il apporter du bonheur et de la joie à tous ?

Absolument. Ce qui est bon pour la planète est bon pour nous aussi. Un monde durable serait un formidable endroit à habiter pour la civilisation humaine. Je suis membre du Slow Club japonais et, comme eux, je pense que la rapidité excessive de notre évolution détruit le milieu naturel et nous détruit aussi.

Découvrez ci-dessous la bande-annonce de Severn

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone