Série jardins & nature : A Villarceaux, l’écologie fait bon ménage avec le patrimoine historique

La château d'en haut qui surplombe le domaineA une petite heure de Paris en allant vers l’ouest, il faut découvrir le domaine millénaire de Villarceaux à Chaussy (Val d’Oise), ses deux châteaux, son immense parc et l’ombre de Ninon de Lenclos. Rien ne manque à Villarceaux pour en faire un lieu exceptionnel, aussi historique qu’écologique.

 

 

 

[slideshow_deploy id=’64561′]

 

Même le conservateur de Villarceaux, Thierry Bussière, sort des sentiers battus. Conservateur passionné et passionnant de ce domaine géré par la région Ile-de-France, il a décidé de faire des 70 hectares de jardins un modèle de gestion écologique. Plus visionnaire que conservateur, Thierry Bussière affirme sa conviction que « la gestion écologique sera vite un horizon obligatoire pour l’Europe ». « Dans un domaine qui a mille ans d’histoire, on peut innover en reprenant les gestes des anciens », dit-il en montrant les deux jardiniers occupés à désherber à la main l’allée du château XVIIIème… Le compost a remplacé les désherbants chimiques il y a des années et on veille à une gestion durable de l’eau des nombreuses sources. Le bois a remplacé le fioul pour le chauffage en attendant la géothermie, 30 ruches sont en conversion bio et les gîtes tout proches sont éco-labellisés. Un potager réhabilite des légumes oubliés tandis que la vigne renaît. Du coup, la biodiversité se porte bien et des espèces rares sont de retour comme l’écrevisse à pattes blanches. A tel point que le domaine est devenu en août 2012 le premier site européen du patrimoine 100% écogéré, grâce au label « Espace vert écologique » (EVE) attribué par Ecocert. « Il ne s’agit pas pour nous d’un aboutissement mais d’un outil de pilotage de la gestion écologique qu’il faut continuer à développer et à promouvoir », ajoute Thierry Labussière.

Mais le domaine n’est pas qu’un espace « vert » dans tous les sens du terme. L’Histoire commence au XIème siècle avec un prieuré bénédictin pour femmes, suivi d’un château fort au XVème siècle qui s’affine à la Renaissance et que Ninon de Lenclos fait son entrée sous Louis XIV et que les jardins sont dessinés avec un étang de trois hectares. Au XVIIIème, un château nouveau est érigé et domine un paysage très protégé du Vexin français.

Réaménagé, meublé, le château, l’orangerie comme le manoir ancien, les jardins, le grand étang… tout se visite gratuitement : un parcours étonnant autant que dépaysant dans ce domaine vivant. Villarceaux, c’est aussi une résidence d’artistes, des ateliers pédagogiques avec le peintre-plasticien Gérard Garouste, des spectacles. Un ancrage fort dans le territoire.

www.iledefrance.fr/villarceaux

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.