Se soigner naturellement avec les arbres

Sans eux, point d’oxygène ni de vie humaine. Enracinés depuis 300 millions d’années, les arbres comptent plus de 30 000 espèces. Symboles protecteurs aux multiples pouvoirs, ils embellissent le quotidien mais savent aussi nous guérir et soigner bien des maux. Voici quelques-uns de leurs bienfaits. Extrait du numéro 18 de NEOPLANETE dédié à l’année internationale de la forêt.

L’écorce comme médicament

« Roi de la végétation » selon la religion celte, le chêne rouvre incarne force, sagesse et protection. Son écorce, riche en tanins, « sert à composer une boisson astringente, anti-inflammatoire, anti-diarrhéique et antiseptique », précise Christian Vilà dans son livre Les Secrets des plantes magiques (1).

Macérée avec du vin rouge, l’écorce peut aussi agir contre le saignement des gencives. Avec un litre d’eau, elle est utilisée en décoction contre les hémorroïdes, la diarrhée, les engelures.

Et qui s’occupe des maux de tête ? Le saule blanc. Grâce à l’acide salicylique, présent dans son écorce et indispensable pour fabriquer de l’aspirine, les gens mâchaient autrefois l’enveloppe de l’arbre pour apaiser leurs souffrances.

Les arbres nous protègent contre les maladies les plus ravageuses : la quinine naturelle issue de l’écorce de quinquina, ce petit arbre originaire du Pérou et d’Équateur, tient un rôle prépondérant dans le traitement du paludisme. Son remplacement par une quinine synthétique n’a cependant pas fait disparaître son usage.

Des feuilles contre Alzheimer

Premier à avoir repoussé après l’explosion nucléaire d’Hiroshima, le Ginkgo Biloba, appellé « l’arbre aux quarante écus »,  possède des feuilles aux principes actifs, très efficaces contre l’asthme ou pour traiter les hémorroïdes. Puissant anti-oxydant, ses feuilles peuvent aussi soigner les pertes de mémoire et les maladies coronariennes. Face à la maladie d’Alzheimer, la médecine lui tend les bras.

Plus près de chez nous, les feuilles du châtaignier, cueillies en septembre-octobre et séchées à l’ombre, possèdent un effet expectorant. Pour venir à bout d’une toux ou de la pharyngite, et servies en infusion, elles se révèlent idoines selon Daniel Babo auteur de l’ouvrage  Les Secrets thérapeutiques des arbres (2).

Contre la toux, faites une infusion avec 40 grammes de feuilles séchées de châtaignier et un litre d’eau bouillante. Si vous en buvez trois tasses par jour, l’effet est garanti. Et pour soulager vos rhumatismes et favoriser les rêves prémonitoires, les feuilles du frêne feront des merveilles.

Les pouvoirs des fruits

Délicieuses, les châtaignes sèches permettent de lutter contre la stérilité ou de combattre l’asthénie, quand elles sont mangées cuites. Quant aux olives, elles ont un effet calmant, anti-inflammatoire, laxatif, stimulant de la sécrétion biliaire et sont très nourrissantes. Rien que pour ça, on en mangerait à l’infini, à condition qu’elles soient noires et cueillies mûres à la fin de l’automne ou en hiver.

Pour les problèmes dentaires, si vous ne disposez pas de noix de noyer, sachez que « tenir une pomme entre les dents et approchée du feu jusqu’à complète cuisson fait disparaître la rage des dents », selon un vieil adage populaire. Le fruit du pommier, entre croyance et vertus médicinales, est aussi supposé enlever les verrues si on les frotte avec une moitié du fruit.

Les « bains de forêt »

Nos druides nous ont toujours vanté les vertus apaisantes des arbres, nous incitant à les enlacer, les toucher, les admirer, y  grimper. Une sagesse ancestrale qui revient au goût du jour au Japon. Pour oublier leur vie trépidante, en grande partie urbaine, les Japonais pratiquent le shinrin-yoku. Non, ce n’est pas un art martial, mais une simple promenade en forêt pour respirer l’air et les phytoncides, des molécules émises par les eucalyptus et certains résineux. Activité recommandée par le gouvernement, et devenue très branchée, le shinrin-yoku, pratiqué deux heures durant et deux jours de suite, favoriserait la lutte contre les infections et les tumeurs cancéreuses. Une piste qui intéresse les scientifiques. Mais, avant de connaître les résultats de leurs savantes études, si on allait faire une balade dans les bois ?

À lire :
(1) Les Secrets des plantes magiques,
Christian Vilà, Desinge&Hugo&Compagnie, 2010, 19,50 euros.
(2) Les Secrets thérapeutiques des arbres,
Daniel Babo Éditions Médicis, 2007, 19 euros.

Sources :
Une bonne raison par jour d’aimer les arbres, Odile Perrard, 2010, Chêne, 14,90 euros.
Étude scientifique : Environmemental Health and Preventive Medicine, volume 15-2010.
L’encyclopédie mondiale des arbres, Tony Rusell & Catherine Cutler, Éditions Hachette Pratique, 2008.


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone