Santé : des aveugles qui voient avec les oreilles

Après la commercialisation, il y trois ans, par une société américaine d’un appareil capable de rendre partiellement la vue à des personnes aveugles, des neurologues de la Pitié-Salpêtrière ont mis au point un système qui transforme des images en signaux sonores pour leur permettre de voir en écoutant des sons.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/02/Voir-avec-les-oreilles-124085899.mp3|titles=Voir-avec-les-oreilles]

©feufochmar.deviantart.comEn 2010, la société californienne Second Sight Medical Products inventait l’Argus II : une rétine artificielle permettant de redonner la vue à certains patients souffrant de troubles graves de la vision. Mode d’emploi ? Une mini-caméra, placée sur des lunettes, enregistre des images qui sont traitées par un petit ordinateur de la taille d’un téléphone que la personne porte à la ceinture. Ces images sont ensuite « imprimées » sur la rétine artificielle grâce à une puce électronique. Après plusieurs mois d’apprentissage de ce système assez sophistiqué, les aveugles commencent à distinguer des points noirs et blancs et des formes. Testé auprès de trente patients dans plusieurs centres aux États-Unis, au Mexique, l’appareil  a été autorisé à la commercialisation dans toute l’Europe en mai 2011. En France, quatre personnes ont ainsi déjà recouvré une partie de la vue avec l’Argus II. Elles étaient devenues aveugles suite à une pathologie relativement rare, la rétinite pigmentaire, qui se traduit dès l’adolescence par une dégénérescence des cellules photosensibles de la rétine.

Un projet expérimental©secondsight

Pour l’instant, l’Argus II est encore un procédé expérimental en France. Il ne concerne qu’une petite niche de patients ; atteints de rétinite pigmentaire et dont le système de transmission de l’information visuelle est intact. D’autre part,  la pose de l’Argus nécessite une chirurgie lourde et les résultats de l’appareil sont insuffisamment probants pour qu’il bénéficie d’un remboursement par la Sécurité Sociale. Interrogé sur le sujet, un ophtalmologiste de l’Hôpital Cochin précise,  « dans le meilleur des cas, les patients qui ont bénéficié de l’Argus II, sont parvenus à déchiffrer de très grosses lettres et certaines formes ». Et d’ajouter « les paraplégiques remarcheront avant que les aveugles ne revoient ».

Une vidéo pour mieux comprendre:

Puce électronique

Mais la recherche en ophtalmologie continue sans cesse. Dans un article du Parisien Magazine, Laurent Cohen, professeur de neurologie à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, expliquait récemment avoir conçu avec ses confrères un système qui transforme des images en signaux sonores. Par exemple, une barre qui monte devient un son qui va vers les aigus, si la barre descend le son sera plus grave, etc. Pour  la lettre V, par exemple, quand un son descend, un autre monte. Tout l’alphabet peut être codé de la sorte, ainsi que n’importe quelle forme. Cette technique nécéssite une petite caméra, connectée à un smartphone ou un ordinateur, puis un logiciel pour coder les images en sons, transmis ensuite directement dans des écouteurs stéréo. Après 70 heures d’entraînement, des aveugles de naissance arrivent à faire la différence entre une maison, un visage, un objet ou une lettre de l’alphabet. Prochain enjeu : un dispositif amélioré pour voir des couleurs : un son de cornemuse pourrait par exemple représenter la couleur bleu, le piano le rouge, etc.  Bientôt nos amis aveugles verront l’avenir en couleur !

Cette chronique « Bonne Nouvelle » a été diffusée le lundi 18 février 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.