Musique :

Rock en Seine 2015, une jungle musicale durable

The Libertines, Fauve, Rodrigo y Gabriela, Tame Impala ou encore Etienne Daho, la programmation de la douzième édition de Rock en Seine semble avoir conquis ses habitués. La preuve : les forfaits trois jours et billets du vendredi étaient en rupture de stock bien avant le début du festival. Déjà présent sur le site en 2013, Néoplanète revient cette année pour observer les nouvelles mesures mises en place par les organisateurs pour préserver un monde durable.

resize

Fort de son succès, le rendez-vous rock des Parisiens en quête d’été indien accueillera environ 40 000 festivaliers par jour les 28,29 et 30 août, soit la capacité offerte par le site. Autant de férus de musique prêts à fouler les pelouses du Domaine National de Saint Cloud au son des artistes soigneusement sélectionnés par le festival.

Mais est-il possible d’accueillir, de divertir et de nourrir autant de personnes tout en respectant l’environnement et la singularité de tous les festivaliers ?

Oui, c’est du moins ce qu’affirme le festival éco-responsable qui, depuis plusieurs années  déjà, s’engage à trier ses déchets, à consigner ses gobelets, à proposer des stands de nourriture biologique mais aussi à accueillir les personnes à mobilité réduite et les enfants en quête d’initiation musicale.

Du rock dans la jungle

Animaux exotiques, fond vert savane et surlignage jaune soleil, de son flyer à son site internet, le festival annonce d’emblée et en image sont goût pour la nature.

Mention spéciale au teasing de l’évènement, qui fait davantage penser à un épisode de 360° Géo sur Arte qu’à un clip diffusé sur MTV :

Néoplanète vous avait déjà fait visiter les coulisses du festival à l’occasion de ses dix ans, deux ans plus tard nous sommes de retour pour voir si les vertes promesses ont été tenues, si les festivaliers d’aujourd’hui sont encore plus responsables qu’hier et si les artistes sont toujours aussi soucieux de l’avenir de notre belle planète. Réponses en photos dès le lundi 31 août.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Barbara Krief

Journaliste pour Le Plus de L'Obs, Barbara Krief continue d'écumer les festivals engagés pour Néoplanète. Retrouvez-la sur Twitter @KriefB.