Rio + 20 : « risque d’échec » selon François Hollande

francois hollande rio+20

Copenhague, Durban, et les autres. Les Sommets de négociations sur le climat et l’urgence écologique n’ont pas la cote auprès des Etats. Des paroles, oui, mais les actes sont timides. Le 8 juin dernier, le Club France Rio + 20 s’est réuni pour parler du prochain Sommet de la Terre. Changera t-il la donne ? Hollande en doute.

« Rio va être difficile, nous savons qu’il y a des risques, des risques de paroles prononcées qui ne se retrouveront pas dans des actes ; le risque de la division entre pays développés, pays émergents, pays pauvres ; le risque de l’échec parce qu’il peut y avoir d’autres urgences», a affirmé le Président français.

François Hollande brise la glace et avoue : « le monde est aujourd’hui tourné vers la crise économique, la crise de la finance. Il est inquiet d’un certain nombre de conflits, comme celui de la Syrie. » De quoi justifier, selon lui, que l’« on se détournerait aisément de ce qui est pourtant l’urgence majeure, celle de l’environnement.»

Un point de vue partagé par Nicolas Hulot qui affirme que « ça ne sert à rien d’aller à Rio pour constater l’incapacité de nos Etats à coordonner leurs volontés ». Le fondateur de l’association éponyme précise que vingt ans après le Sommet de la Terre de Rio 1992, « la plupart des objectifs n’ont pas été réalisés, et la situation est beaucoup plus critique, la crise écologique se mêlant à la crise économique. »

Hulot souhaite une révision complète du modèle économique que nous connaissons, mais aussi un changement dans la gouvernance. De belles paroles de sensibilisation, mais seront-elles entendues le 20 juin prochain ?

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.