Le retour de la morale à l’école

Le ministre de l’éducation, Vincent Peillon, souhaite prendre exemple sur les expériences réussies à l’étranger et (ré)instaurer l’enseignement de la morale du primaire au lycée.

©partisocialisteL’initiative n’est pas nouvelle.  En 2008,  Xavier Darcos voulait apprendre aux élèves les « règles de politesse et du comportement en société ».  Trois ans plus tard, Luc Chatel réclamait l’ouverture d’un débat sur les questions morales chaque semaine pour « aider les élèves à renforcer leur conscience morale ». Vincent Peillon creuse le même sillon : il préconise l’enseignement hebdomadaire de la morale laïque à tous les  niveaux de la scolarité. Cet enseignement doit apprendre aux jeunes français à vivre ensemble comme des individus responsables : leur apprendre à réfléchir avant d’agir, à prendre du recul, à se mettre à la place d’autrui, à apprendre à formuler des idées… Pour le ministre, la morale est l’un de fondements de l’école républicaine et doit apprendre aux élèves à  coopérer et  à  surmonter les conflits, dans une société de plus en plus diversifiée et individualiste. L’Education civique, juridique et sociale mise en place en 1999 dans les lycées a été un progrès mais ne suffit plus.

Testé et approuvé à l’étranger

©ipernity.com

La Belgique, le Canada, société multiculturelle, la Pologne ou encore la Serbie, expérimentent d’ores et déjà l’apprentissage de la vie en commun et des valeursmorales. Un article du magazine Ca m’intéresse du mois de Février fait le point sur ces pays qui excellent en la matière. En Belgique par exemple,  le système éducatif prévoit depuis les années 1920 et tout au long de la scolarité obligatoire, un enseignement de deux heures par semaine de morale, qui peut être confessionnelle (6 religions au choix) ou laïque. L’idée est de confronter les élèves à des dilemmes pour qu’ils acquièrent plus de maturité sociale. Des petits de six ans ont par exemple eu à plancher sur la question suivante : « Une femme est gravement malade. Un médicament pourrait la sauver, mais son mari n’a pas assez d’argent pour l’acheter. Que doit-il faire ? Voler le médicament ou renoncer à soigner son épouse ? ».

Au Canada, les élèves sont invités à développer leur empathie en se mettant à la place des autres. Pour cela, la psychologue Mary Gordon a développé un programme d’entraînement à l’interprétation des émotions ressenties par les bébés ! Et a priori ça fonctionne : les 450.000 jeunes qui ont déjà été concernés par ces cours se montrent moins violents, et plus enclins à aider ou à coopérer avec les autres. Autre initiative originale : en Pologne, les enfants gèrent un modèle réduit de village à l’échelle 1/25 pour apprendre à jouer un rôle actif dans leur communauté. Enfin, les têtes blondes de Serbie apprennent à résoudre les conflits de façon non violente, grâce à l’écoute, au respect et au compromis. Une idée qui est apparue comme une nécessité au lendemain de la guerre qui a touché ce pays. Bref, la morale ça n’est pas que « fais pas ci fais pas ça »…

 [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=7QN2Jcor60A[/youtube]

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/02/Lecons-de-morale-124079189.mp3|titles=Lecons-de-morale]

Cette chronique « Bonne Nouvelle » a été diffusée le mardi 12 février 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.