Ressourceries et recycleries, des alternatives pour donner écolo

Le choix est large quand on veut donner utile. Il y a les éternels comme Emmaüs, La Croix Rouge, le Secours Populaire, les Restos du Cœur, etc. Il y a aussi les moins connus : les ressourceries et les recycleries. Leur motivation est plus écologique qu’altruiste (même si les deux ne sont pas incompatibles). Voici les alternatives aux pontes de la récup’.  Attention, informations réutilisables.

Le Réseau des Ressourceries de France : 4 fonctions
Collecter, sensibiliser, valoriser puis revendre sont les quatre points indispensables pour faire partie du Réseau des Ressourceries de France. Quatre-vingt structures se partagent l’hexagone pour débarrasser les particuliers des objets dont ils ne veulent plus.

La priorité des Ressourceries ? Valoriser les déchets en leur donnant une seconde vie ou en optimisant leur recyclage. En plus d’agir pour l’environnement, elles ont la volonté de créer du lien social et aider à la réinsertion des publics défavorisés. Grâce à leur activité économique, certaines structures créent des contrats à durée déterminée (CDD) qui permettent un transfert de compétences et une insertion dans la vie professionnelle.

Fin 2011, trois structures ont rejoint le Réseau : SOS Récup (72), spécialisée dans la restauration et relooking de mobilier, Accès Réagis (44) qui organise des Ateliers Chantiers d’Insertion (ACI) et La Gerbe (78) qui mène des ACI en parallèle de son action de solidarité internationale. Vous pouvez retrouver tous les membres du Réseau sur www.ressourcerie.fr.

Les recycleries, des démarches culturelles et/ou solidaires

Les recycleries ne font parties d’aucun réseau. Elles sont indépendantes et donc parfois difficiles à trouver. Mais un petit tour dans votre mairie devrait éclaircir le mystère.

Dans l’ensemble, les recycleries ont les mêmes buts que les Ressourceries mais elles ne sont pas intégrées au réseau. On trouve toujours l’idée de collecte et de revalorisation mais le public visé n’est pas le même.

Par exemple, à Bordeaux, l’Atelier D’éco Solidaire se définit comme une recyclerie créative. Des « cours de revalorisation » invitent les Bordelais à laisser libre cours à leur imagination pour revaloriser les déchets collectés. Les objets sont ensuite revendus, le tout sur le principe d’une économie sociale et solidaire.

Autre recyclerie, autre envie, la Réserve des Arts à Paris (20e) s’adresse seulement à un public d’artistes. Elle met en lien les entreprises qui créent et jettent des déchets réutilisables et les créateurs toujours à la recherche de nouveaux matériaux. L’équipe de la recyclerie va là où le déchet est produit et sensibilise les entreprises à la nécessité de recycler et de revaloriser. Les fondatrices de La Réserve des Arts, Jeanne Granger et Sylvie Bétard, sont animées par l’envie d’agir pour protéger l’environnement et une conviction : « l’écologie est une révolution culturelle ».

 

Crédit photo 1 et 2 : DR
Crédit photo 3 et 4 : © Arthur Dresller

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone