Rendre l’Ile Rouge un peu plus verte

D’après un communiqué WWF du 11 juin 2008 :

Les gouvernements malgaches et français se sont engagés à protéger la biodiversité de Madagascar via une conversion dette-nature pour un montant de 13 millions d’euros. Le WWF-France salue l’accord sur la plus importante conversion de dette pour la nature dans l’histoire de Madagascar signé aujourd’hui entre les gouvernements malgaches et français pour allouer 13 millions d’euros au capital de la Fondation pour la biodiversité et les aires protégées.

Cet accord bilatéral marque une étape importante dans l’effort national qui vise à tripler les aires protégées et auquel le président RAVALOMANANA s’était engagé dès 2003. Cette initiative est un excellent exemple de financement innovant pour le développement durable. Plutôt que d’allouer les ressources de l’annulation de la dette à des dépenses courantes en une seule fois, les gouvernements malgaches et français ont fait le choix de la durabilité et de la stabilité en augmentant le capital de la Fondation qui va permettre de soutenir de façon régulière et à long terme des activités fondamentales pour la gestion des ressources naturelles Sous le poids d’une importante dette extérieure, Madagascar a des ressources propres limitées pour des enjeux majeurs comme la lutte contre la dégradation de l’environnement ou la préservation de sa biodiversité. En accordant une remise de dette sur 100% des prêts concessionnels, ce Contrat de Désendettement Développement (C2D) réduit la dette malgache tout en contribuant à la gestion durable de ses ressources naturelles. Cette conversion de dette nature permets à la Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar d’atteindre son objectif ambitieux de 50 millions de dollars de capital d’ici 2009. Cette Fondation est d’ores et déjà reconnue comme un modèle pour l’Afrique et un pilier du système de financement durable des aires protégées de madagascar. « Cet investissement colossal et pérenne permettra de couvrir un large panel d’activités fondamentales pour la gestion durable des ressources naturelles. C’est un point essentiel si Madagascar veut vaincre la déforestation et la perte de biodiversité » dit Nanie RATSIFANDRIHAMANANA, représentante du bureau WWF à Madagascar. En tant que cofondateur, le WWF a contribué au capital de la Fondation et a joué un rôle primordial pour établir le cadre légal et opérationnel de la Fondation en accord avec les bonnes pratiques et les standards internationaux. Serge ORRU, Directeur Général du WWF-France se réjouit « de cette accord international en faveur de la préservation d’un trésor de la biodiversité de notre patrimoine mondial » et espère que « d’autres pays suivront cet exemple. »

Pour plus d’informations : http://www.wwf.org/

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone