La réduction des déchets de production d’une PME (industrie du métal)

La thématique de réduction des déchets – de manière globale et plus particulièrement dans l’industrie – est plus que jamais centrale. À l’heure des crises sanitaire et écologique mondiales, il est naturel de poser la question du recyclage des PME et des activités parmi les plus polluantes de nos sociétés. Quels sont les chiffres ? Qu’en est-il de la législation ? Quelles sont les tendances ? Comment s’inscrire dans une telle démarche ?

Le point sur la situation

De quoi parle t-on réellement ? En 2015, les activités économiques (toutes confondues) produisaient 290,5 millions de tonnes de déchets, comparativement aux ménages qui, eux, génèraient 30,6 millions de tonnes. Quant aux collectivités, elles en produisaient 4 millions de tonnes (chiffres ADEME – Agence de la transition écologique).

C’est énorme ! Que dit le cadre légal ? Depuis le 1er juillet 2016 (en application du décret n°2016-288), les entreprises et administrations ont l’obligation de trier et recycler les déchets suivant 5 flux : le métal, le carton et le papier, le plastique, le bois et le verre. Cette loi vient s’associer à sa consoeur sur la transition écologique pour la croissance verte du 17 août 2015 qui prévoit notamment la généralisation du tri des déchets organiques des entreprises à la source et le développement d’une valorisation énergétique performante des déchets non recyclables.

Les efforts sont récents et les progrès en la matière sont donc notables. La sensibilisation générale, les prises de conscience et les accompagnements mis en place, notamment par l’ADEME, participent grandement à cette réduction remarquable des déchets des ménages comme ceux des TPE et PME.

Equipe First
NéoPlanète

Accompagnements, conseils, témoignage et mises en oeuvre

A l’issue du 1er programme d’accompagnement de l’ADEME en 2015, 800 tonnes de déchets ont été valorisés sur les 49 PME accompagnées. C’est aussi 13 500 tonnes de matières qui ont été économisées !

En 2016, c’est d’ailleurs un des programmes de l’ADEME que l’entreprise First Proust Industrie suit dans son atelier de Naintré, dans le département de la Vienne. Spécialiste de la mécanique générale, First Proust Industrie souhaite revoir ses pratiques, diagnostiquer sa production de déchets et s’inscrire dans une démarche de responsabilité environnementale. L’entreprise mène, en collaboration avec l’ADEME, un travail de toutes parts : gestion des achats, valorisation des déchets, sensibilisation, tri…

“Notre site de Naintré fait partie des entreprises volontaires qui ont suivi le programme PACTE – 10% de déchets mené par l’ADEME. Nous avons intégré des process et mené des réflexions continues en faveur de l’environnement : réduction des déchets, recyclage, maîtrise des consommations d’énergie, gestion des achats de matières premières, etc. . Après un travail de 18 mois : ateliers de sensibilisation et de valorisation, réorganisation des commandes, tri des déchets, utilisation de fournitures réutilisables, limitation des impressions… nous avons rempli le PACTE avec 75 % de déchets non recyclés en moins ! “

L’entreprise va plus loin et aborde ses bénéfices en matières de relation clientèle, de réactivité et d’organisation interne. “ Notre activité se caractérise par un fonctionnement en flux tendus avec des délais très courts qui engendraient des surcoûts dans nos achats de matières premières. Pour minimiser ces impacts économiques, nous avons procédé à une réorganisation du magasin et à une amélioration de notre procédure d’achats en élargissant nos gammes. Le gain de la démarche est surtout perceptible sur la réactivité de l’entreprise vis-à-vis des commandes à courts délais et implicitement sur notre organisation interne.”

Après le succès de ses premiers programmes d’accompagnement, l’ADEME va plus loin et met en place une nouvelle opération plus généralisée qui s’adresse aux TPE et PME : Gagnantes sur tous les coûts !

Destiné aux entreprises de moins de 250 salariés de l’industrie, de la distribution, de la restauration et de l’artisanat, le programme permet à chacune des entreprises d’économiser en moyenne 200 euros par an et par salarié simplement en réduisant les déchets et les consommations d’énergie !

Pour aller plus loin : la RSE

Plus que de traiter ce qui existe déjà, il est nécessaire d’intégrer la prévention, la sensibilisation et la conscientisation des consommations dans les pratiques des TPE et PME en favorisant l’action de chacun et les démarches de Responsabilité Sociale des Entreprises.

Apparue dans les années 60 et adulée dans les années 2000, la RSE conceptualise l’intégration des dimensions sociales et environnementales dans l’ADN de l’entreprise. Au-delà de son activité économique, cette dernière agit en faveur du développement vert et du respect des valeurs humaines. La réduction des déchets et la baisse des consommations d’énergie intègrent le volet environnemental quand l’insertion des salariés, la lutte contre l’exclusion, le respect des conditions de travail… sont parties prenantes du volet social de la RSE. Un programme de bon sens global qui s’attache à l’essentiel et qui est aujourd’hui mené dans de nombreuses entreprises en France !

Cette initiative a permis, selon une étude EcoVadis / Le Médiateur des Entreprises menée en 2019, aux entreprises françaises de marquer une nette progression en matière de stratégie sociétale et environnementale. Elles se placent désormais en troisième position européenne au niveau des démarches RSE, derrière la Finlande (2ème) et la Suède (1ère) avec un score de 50,4% en 2019 !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone