Rapport Greenpeace : Apple ne croque pas la pomme écologique

On ne peut pas dire que le logo d’Apple soit en parfaite harmonie avec le rapport publié par Greenpeace. En effet, l’association a décerné à la célèbre compagnie le prix de l’entreprise informatique la moins écologique. Parmi les bons élèves, c’est Yahoo qui tire son épingle du jeu.

Le rapport 2011 de Greenpeace « How Dirty is your Data? », pointe du doigt les entreprises informatiques les plus « sales ». Après s’être intéressée au matériel des constructeurs, Greenpeace s’interroge sur la façon dont ces sociétés gèrent leurs centres de données. Et c’est Apple, grand consommateur d’électricité provenant de centrales à charbon, et donc  gros émetteur de gaz à effet de serre, qui repart avec le bonnet d’âne.

De son côté, Yahoo sort du lot comme l’entreprise la plus « propre ». Et ce n’est pas un hasard : 55,9% de l’énergie utilisée par Yahoo est issue de sources renouvelables. Pourtant, de nombreux concurrents continuent d’utiliser le charbon, bien qu’il s’agisse d’une source d’énergie de plus en plus obsolète (20 à 50% d’utilisation pour Facebook, Apple, IBM et HP). Yahoo a également très bien choisi l’emplacement de ses installations : dans la région de l’Oregon et de Washington, où le coût de l’énergie hydroélectrique défie toute concurrence.

A noter que Twitter aggrave son cas en s’installant dans l’Utah où l’électricité utilisée provient en majeure partie de l’exploitation minière.

Comment a procédé Greenpeace pour réaliser ce classement ? L’association a mesuré la façon dont les centres de données des dix plus grandes entreprises du secteur informatique sont organisés. Les critères pris en compte : le lieu d’implantation des infrastructures, le pourcentage d’énergie issue d’énergies renouvelables et du charbon, l’effort effectué pour réduire l’impact environnemental et enfin la transparence des informations communiquées.

Les «data-centers» consomment, selon Greenpeace, 1,5 à 2% de l’énergie produite dans le monde, et ce chiffre pourrait être multiplié par quatre dans les prochaines années. Il est d’autant plus regrettable qu’Apple soit en bas du classement lorsqu’on sait que la société possède largement les moyens de développer des technologies peu gourmandes en énergie. Ses dirigeants ont en effet souligné mercredi une hausse de bénéfice trimestriel, avec un chiffre d’affaire qui grimpe de 83%. Selon nos confrères de www.emarrakech.info, Apple aurait même refusé de commenter le rapport. Reste à savoir si cette information fera réagir les nombreux Apple fans.

 


 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone