Qui veut du bon poisson… électrocuté ?

sole crédit wikipediaDécidément, la pêche est un sujet sensible en Europe. Cette fois, il ne s’agit pas de la pêche profonde, mais de la pêche électrique, une « nouvelle technique » qui existe depuis un siècle ! Dans le cadre de projets-pilotes, la Commission européenne vient en effet d’autoriser l’extension du « chalut électrique » en mer du Nord. Désormais, 87 chalutiers néerlandais pourront pratiquer la pêche électrique contre 42 en 2012.

Interpellée par les pêcheurs français, la commission chargée de la pêche à Bruxelles, la DG Mare,  « ne voit pas de problème au doublement de la flottille néerlandaise autorisée à utiliser le chalut à impulsion électrique en mer du Nord ». Selon l’ONG française Robin des Bois, « le projet pilote européen dure depuis 2006 et n’a fait l’objet d’aucun rapport d’étape ». Robin des bois ajoute que « cette nouvelle aberration est en contradiction avec le règlement pêche de 1998 qui, en se fondant en particulier sur le besoin de protéger les juvéniles, interdit l’utilisation d’explosifs, de poison, de substances soporifiques ou de courant électrique ».

La sole et les poissons plats du fond de la mer sont les espèces cibles de la pêche électrique, qui consiste à faire passer un courant dans le fond marin. Les muscles des poissons se contractent alors et ils remontent vers la surface pour se faire cueillir par le chalut. Les partisans de cette pêche la considèrent comme moins agressive que les actuels chaluts qui raclent les fonds marins. Mais ses opposants considèrent que cette technique est encore trop expérimentale et qu’on n’en connaît rien de ses effets potentiels.

De son côté, la Flandre vient de lancer un projet pilote de pêche électrique à la crevette, une pêche dont l’intensité électrique serait moins forte. En France, un armement concarnois, propriété d’un groupe néerlandais, possède une licence pour la pêche électrique mais on ignore ses intentions.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.