Quelle place pour les piétons en ville ?

« Sécurité, espace urbain et santé » sont les maitres mots du rapport que l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) vient de publier. Dans son étude internationale, elle rappelle que les piétons représentent près d’un tiers des victimes de la route et apporte des solutions pour mieux les protéger.

« Nous devons réapprendre à nous déplacer à pied. Et ceci suppose de revoir la manière d’organiser l’espace pour les piétons, expliquait José Viegas, secrétaire général du Forum international des transports, lié à l’OCDE, à la remise du rapport. L’environnement urbain n’est pas toujours propice à jouir de ce mode de locomotion. Ce rapport aidera les gouvernements à faire les bons choix pour améliorer la mobilité et développer des villes plus agréables à vivre. »

Il faut dire que la marche a tous les avantages : pas chère, elle ne génère pas d’émissions polluantes, est bénéfique pour la santé, et est accessible à tous. Elle représente d’ailleurs jusqu’à 50 % des trajets en milieu urbain. Mais cette pratique « douce » n’est pas sans risques : le rapport indique que 400 000 piétons décèdent chaque année dans le monde, et que 75% de leurs blessures sont dues à une chute causée par des « défaillances dans l’entretien ou la conception des espaces publics. »

Quelles solutions ? L’OCDE énumère 12 recommandations, parmi elles :

  • Réduire les vitesses du trafic motorisé est essentiel pour améliorer la sécurité des piétons. Le risque d’accidents mortels peut être diminué de 80 % en abaissant les vitesses de 50 km/h à 30 km/h.
  • Intégrer les services de transport en commun dans le développement des nouvelles zones urbaines.
  • Donner de plus grands espaces à la circulation non motorisée en centre-ville : assurer aux piétons un accès facile, aménager des zones piétonnes, décourager l’utilisation excessive de la voiture en centre-ville et empêcher le stationnement sur les trottoirs…
  • Encourager l’introduction de programmes éducatifs dans les établissements scolaires et les centres publics de formation.
  • Élaborer un guide national des aménagements piétonniers pour les administrations locales. Les plans doivent prendre en compte l’impact des projets sur les piétons et les cyclistes.

 

La sécurité des piétons sera le thème de la Semaine mondiale de la sécurité routière des Nations Unies, célébrée du 6 au 12 mai prochains.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone