Quel avenir pour le commerce équitable Nord-Nord ?

Toucher le consommateur

Bien entendu, le commerce équitable Nord-Nord n’a d’avenir que s’il touche les consommateurs. Pourtant, Gilles Maréchal pense que « tout se passe comme si la dimension sociale valorisée pour les paysans du Sud ne trouvait pas d’écho quand on parle des produits et des paysans du Nord. » En effet, acheter du café ou du chocolat issu du commerce équitable Sud-Nord, et être quasi assuré que cela permette la construction d’écoles ou de centres de santé, est une source de motivation pour les consommateurs. A l’inverse, « la participation à la préservation de l’eau ou des paysages, la reconstruction de lien social, la reconquête de saveurs ne se vérifient pas instantanément. »

Gilles Maréchal reste toutefois optimiste. La percée du commerce équitable Sud-Nord prouve que les consommateurs sont sensibles aux questions sociales des produits. En définitive, il considère « qu’une filière équitable Nord-Nord doit oser parler social et politique au consommateur, et ne pas se limiter aux propriétés intrinsèques des produits », avec le soutien de structures intermédiaires (ONG, collectivités, écoles, entreprises de l’économie sociale).

Les œillères du cadre législatif

Dans ce contexte, les démarches d’Alter-Eco, d’Ethiquable et de Biocoop semblent être un terreau propice à changer l’image qu’ont les consommateurs français des paysans de leur propre pays.

Reste maintenant à convaincre le législateur d’élargir son champ de vision. Pour l’instant le terme de « commerce équitable » sur les emballages est réservé aux produits issus des échanges Sud-Nord. Alter-Eco, Ethiquable et Biocoop ont trouvé la parade en apposant respectivement sur leurs produits les phrases « Agriculture française durable », « Paysans d’ici » et « Ensemble pour plus de sens ». Quitte à noyer un peu plus le consommateur dans la masse de labels et de slogans en tout genre qui existent déjà dans le domaine…

Retrouvez l’ensemble des réflexions de Gilles Maréchal dans son article « Commerce équitable : quel transfert d’expérience vers des circuits Nord-Nord ? ». A lire sur le site de la Civam Bretagne.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone