Publi: Salon des formations et des métiers de l’environnement

Protection de la nature, prévention et gestion des risques naturels et industriels, traitement des pollutions ou encore aménagement du cadre de vie : ces enjeux ont donné un essor certain aux métiers de l’environnement qui attirent aujourd’hui de plus en plus de jeunes. Le magazine L’Etudiant leur consacre un salon le 10 et  11 décembre à Paris. Deux jours pour découvrir les métiers qui prennent soin de notre planète.

Cependant, contrairement aux idées reçues, peu de ces emplois sont directement liés à la préservation des milieux naturels. Les cursus de formations ainsi que les débouchés professionnels demeurent encore mal connus, peu structurés et peuvent pénaliser tout projet d’orientation.

Aussi pour y voir plus clair, l’Etudiant organise la quatrième édition du Salon des formations et des métiers de l’Environnement, placé sous le patronage du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

Fidèle à sa mission d’information et d’orientation, ce Salon propose une mise en relation directe avec les acteurs du développement durable et de l’environnement. Quelque soit leur profil et leur niveau d’études, les visiteurs accèderont à toutes les informations utiles sur les filières, les cursus, les métiers et les perspectives de carrière dans ces domaines.

Bonne visite.

Samedi 10 décembre de 10h à 18h et dimanche 11 de 10h à 17h à l’Espace Champerret, Hall B

Temps forts

L’objectif du Salon : permettre aux lycéens, étudiants et à toute personne souhaitant exercer dans le secteur de l’environnement de mieux le comprendre en rencontrant et en échangeant avec des professionnels. Issus d’établissements spécialisés, d’entreprises, d’institutions, etc., ils vous présenteront leur offre de formation et leurs débouchés, comme leurs métiers et spécificités.

Plus de 400 000 personnes travaillent dans l’environnement ! Pour autant, la répartition entre les différents domaines d’activité n’est ni identique ni équilibrée. Une majorité d’emplois se concentre dans la prévention et les nuisances et dans l’éco-industrie. Les secteurs de l’eau (captage et distribution), du recyclage des matériaux et de la pollution des sites par exemple représentent les deux tiers des emplois.

Des compétences transversales.

Garde du littoral, technicien forestier, acousticien, chargé de communication, écotoxicologue, agent de déchetterie, hydrogéologue, analyste de l’air… Autant de métiers qui traduisent la transversalité et l’étendue des emplois liées à l’environnement. En effet, peu de métiers sont exclusivement dédiés à la nature et la préservation de ses espaces. La prise en compte nécessaire des considérations écologiques ouvre le champ de nombreuses disciplines, comme l’aménagement du territoire, le droit, la communication, l’assainissement, la productique, ou même l’éducation ou encore au sein des collectivités locales.

Une technicité plus grande, des diplômés opérationnels…

Même si les cursus spécialisés fleurissent dans de nombreux domaines et à tous les niveaux d’études, les diplômés ne comblent cependant pas le manque de main d’œuvre. La difficulté principale pour les entreprises est donc de recruter des candidats ad-hoc.

Pour répondre à leurs besoins, les établissements scolaires, conscients des enjeux, mettent en place des filières dédiées et forment des diplômés en gestion des déchets, en traitement des eaux ou encore en éco-construction. Il existe autant de spécificités dans les cursus de formations que de postes qui composent la sphère dite des éco-métiers. Tous les secteurs d’activité sont concernés, à commencer par le bâtiment !

Des formations dédiées pour des métiers spécifiques

Tout comme le tourisme ou l’automobile ou encore l’industrie, l’ingénierie, l’automobile, le bâtiment rime aujourd’hui avec environnement, en termes de prise de conscience des impacts du secteur mais aussi par sa capacité d’innovation. Pour faire face à leurs prévisions de recrutement, aux spécificités de leur domaine d’activité et aux défis technologiques, les entreprises collaborent de plus en plus avec les établissements de formation. Ceux-ci se doivent donc de former des jeunes diplômés capables d’accompagner les évolutions et leurs besoins.

Aussi, qu’il s’agisse d’ingénieurs, de titulaires d’un BTS ou d’un DUT ou de spécialistes en agroalimentaire, en biologie, en énergie ou en recherche, les futurs diplômés ont de réelles perspectives. Même si tous les domaines d’activité et tous les niveaux d’études sont concernés, une grande place est cependant faire aux techniciens plus généralistes que spécialisés.Un cycle de conférences est organisé de manière à aborder les compétences requises par domaine et diplôme. Animées par un journaliste de l’Etudiant, ces rencontres détaillent les secteurs et les métiers et font le lien avec les filières qui permettent de les exercer.
Une réelle opportunité d’y voir plus clair et de faire votre choix d’études.

Programme des conférences :

Samedi  11 décembre

10h30 : L’eau, des rivières au robinet, des métiers d’avenir pour la planète.
12h00 : Energies renouvelables, énergies nouvelles : des diplômes pour les bac + 2 et plus.
14h30 : Nature, cadre de vie et patrimoine écologique : quelles formations pour quels débouchés ?
16h00 : Environnement et alternance : tous les cursus pour une insertion rapide.

Dimanche  12 décembre

10h30 : Environnement et développement durable : quelles spécialisations dans les écoles d’ingénieurs ?
12h00 : Industrie, bâtiment, transports… quels diplômes pour l’éco-construction ?
14h15 : Gestion, tri, valorisation… le secteur des dépollutions recrute à tous les niveaux.
15h30 : Agri, agro, bio : des formations scientifiques porteuses.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Assistante de Yolaine de la Bigne et assistante de rédaction. Une expérience de 20 ans dans la presse et les relations publiques, attachée de presse d’artistes et d’événements prestigieux. Rédactrice en chef d’une agence de presse photo, rédactrice en chef Adjointe pour des magazines féminins jeunes et des sites internet. Pour Néoplanète, Daphné est en charge sur le magazine et le site des thématiques beauté et enfants, des concours et s’occupe sur la web radio de la chronique Kikiconte, des histoires et contes pour enfants sur la biodiversité, la nature …