Protéger les océans, c’est rentable !

C’est prouvé, les océans se dégradent à toute vitesse, et ce, avec toutes les répercussions que cela implique sur la planète. Pourtant la science ne suffit pas à faire bouger les choses. Alors comment donner envie aux gouvernements, entreprises, communautés et institutions financières d’investir dans les Aires Marines Protégées ? Peut-être grâce à ce rapport de WWF

sea-nature-ocean-rocks

Protéger les océans permettrait de réaliser entre 490 et 920 milliards de bénéfices et de créer 150 000 à 180 000 emplois à temps plein d’ici 2050. Le rapport publié par le Fonds mondial pour la nature explique que, pour parvenir à ce résultat, il faudrait étendre les Aires Marines Protégées, de 4% aujourd’hui, à 10% d’ici 2020 et à 30% d’ici 2030.

Les AMP sont des zones protégées interdites à la pêche. Elles permettent de sauvegarder les habitats, les espèces et les fonctions écologiques de certaines parties des océans. Un besoin impératif aujourd’hui, puisqu’aucun des océans n’est épargné par l’activité humaine. Et même pire, 41% d’entre eux seraient fortement impactés par nos activités : 50% des coraux marins1 ont déjà disparu et, à ce rythme, ils auront tous disparus d’ici 2050.

Dans son précédent rapport « Raviver l’économie des océans », l’ONG expliquait par ailleurs que si on calculait le produit marin brut de la même façon qu’on calcule le PIB national, les océans occuperaient la 7ème place des économies mondiales, avec 2 500 milliards de dollars (la France occupe la 5ème position avec 2 900 Mds $).

1280px-Aquarium_in_HK_Ocean_Park

Ce rapport-ci continue la lancée et met le doigt sur un détail crucial : préserver les océans n’est pas un simple geste de bonté pour la biodiversité.

« Protéger la santé des océans revient à ouvrir un compte bancaire : ce dernier préserve le capital investi et produit des intérêts dont bénéficient à la fois la société et les individus. »2

La valeur des océans se retrouve sous des formes les plus diverses, de l’alimentation au tourisme, en passant par la protection des côtes et donc inévitablement par le patrimoine culturel.

WWF tente ici un coup de poker qui, espérons-le, sera rentable pour les océans !

1La disparition des récifs coralliens est catastrophique, nous ne connaissons pas exactement les répercussions que cela aurait sur la vie marine. Pour donner un ordre de grandeur, son importance est comparable à la forêt vierge d’Amérique du sud.

2Extrait du rapport « Aires Maritimes Protégées, Un bon investissement pour la santé des océans »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !