Prix du Livre Environnement : l’économie verte récompensée

Soirée de remise des prixLa fondation Veolia a décerné vendredi 12 juin le « Prix du Livre Environnement » à Philippe Jurgensen pour son ouvrage « L’Economie verte. Comment sauver notre planète ».
Créé en 2006 par la Fondation d’entreprise Veolia Environnement et présidé par Henri Proglio, le « Prix du Livre Environnement » se donne pour vocation de « soutenir et encourager les écrivains et les maisons d’édition qui concourent à la sensibilisation du grand public aux enjeux environnementaux de notre planète ».

A l’issue de la délibération du jury qui s’est réuni le 11 juin à la BnF Richelieu sous la présidence de l’écrivain Claude Michelet, le Prix du Livre Environnement 2009 a donc été décerné à Philippe Jurgensen pour son ouvrage « L’Economie verte. Comment sauver notre planète », chez Odile Jacob. La Mention Spéciale Jeunesse a été quant à elle attribuée à Alain Serres et Zaü pour « Je serai les yeux de la terre », chez Rue du Monde.

L’interview de Philippe Jurgensen :

Les gagnants seront récompensés par des dotations : l’une de 5000 euros pour le Prix du Livre Environnement, l’autre de 2500 euros pour la Mention Spéciale Jeunesse. La fondation Veolia s’engage à acquérir plusieurs exemplaires du livre lauréat à concurrence de 15 000 euros, à contribuer à sa diffusion dans les centres de documentation pédagogique et dans les bibliothèques municipales et entend consacrer un budget de 50 000 euros à la promotion du Prix et de ses lauréats.

Pour en savoir plus : www.prixdulivre.veolia.com

Jurgensen - L'économie verteL’économie verte : le résumé
« Cyclones, inondations, incendies se succèdent à un rythme accéléré depuis quelques années. L’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, les sols qui nous nourrissent continuent de se dégrader, sans parler du climat qui se réchauffe, de l’énergie qui se raréfie et de la biodiversité qui se réduit. Tout le monde, ou presque, s’accorde aujourd’hui pour reconnaître qu’il y a urgence ; mais, concrètement, que peut-on faire, à l’échelon individuel, national ou international ? Quelles sont les priorités, quels sont les obstacles ? Quelles sont les échéances raisonnables ? Quels sont les programmes réalistes ?
Réagir efficacement, ce n’est pas lancer des anathèmes contre la mondialisation, faucher des cultures expérimentales ou préconiser l’arrêt de toutes les centrales nucléaires. C’est, au contraire, retourner, au profit de la nature, les deux grands instruments qui ont, parfois, contribué à la détruire : une science bien comprise, qui offre de multiples promesses, et une économie qui ne demande qu’à faire jouer ses lois en faveur de l’environnement, pourvu qu’on valorise, comme il convient, les productions écologiques. »

Philippe Jurgensen
Février 2009, Éditions ODILE JACOB, 329 pages
Prix public : 27,00 € TTC


Je serai les yeux de la Terre - Alain Serres, ZaüJe serai les yeux de la terre : le résumé
« Un livre consacré au développement durable par l’écriture, le dessin et la photographie. Des images aériennes exceptionnelles de Yann Arthus-Bertrand et de 17 autres photographes de l’agence ALTITUDE montrent la beauté et les douleurs de la planète. Des dessins et des mots sensibles zooment sur la vie des humains et sur leurs rêves. Entre les pages de cet album, c’est un autre monde qui se tisse, naturel et fraternel. Avec 100 mots clés sur le développement durable et solidaire. »

Alain Serres, Zaü et les photographes de l’agence ALTITUDE
Octobre 2008, Éditions RUE DU MONDE, 107 pages
Prix public : 25,50 € TT

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Tout juste diplômée en lettres et communication, Alexandrine fait ses débuts de journaliste au sein de la rédaction de NEOPLANETE. Elle s'occupe aujourd'hui principalement du contenu du site internet.