Une cape en fausse fourrure pour le Prince George

prince-george

Le prince George souffle aujourd’hui sa première bougie. L’occasion pour PETA UK d’offrir au couple royal une cape de roi en fausse fourrure pour le futur héritier de la couronne britannique.

L’association, qui a déjà réussi à faire en sorte qu’un certain nombre de dignitaires britanniques, dont de nombreux maires, délaissent la fourrure de leurs robes traditionnelles pour une fourrure synthétique, vise cette fois-ci la famille Windsor. Elle a envoyé au plus jeune membre de la lignée une cape royale en velours et une couverture confectionnées en fausse fourrure par l’entreprise The Throw Company Ltd.

« L’Angleterre est connue à travers le monde pour être une nation amoureuse des animaux, nous espérons donc que dans les années à venir, le Prince George reflétera les valeurs britanniques en insistant pour que les capes de cérémonie soient toujours confectionnées avec compassion et fausse fourrure », déclare Mimi Bekhechi, directrice associée de PETA UK. « La vraie fourrure n’est pas seulement cruelle envers les animaux mais cause également de gros dégâts environnementaux. Les peaux doivent être traitées avec une armada de produits chimiques polluants pour empêcher leur putréfaction, alors la fausse fourrure qui respecte la planète devrait aussi cartonner auprès du grand-père du petit prince ! »

Néoplanète, qui avait organisé avec La Chaîne du Cœur, et avec le soutien de PETA France,  le défilé « Paris sans Fourrure » en 2012, ne peut que soutenir cette initiative qui a pour objectif à ce que le plus grand nombre d’entre nous délaissent cette matière, signe de cruauté et de barbarie. Ce sont des millions d’animaux qui sont élevés dans des conditions atroces chaque année (la Chine étant aujourd’hui le premier pays exportateur de fourrure au monde, y compris pour celle de chat et de chien) : empoisonnements, électrocutions, gazages avec des produits chimiques, asphyxies avec du gaz d’échappement d’un véhicule, dépeçage alors que les animaux sont vivants, chambre de décompression… Les méthodes de mise à mort sont toutes plus cruelles les unes que les autres, tout ça pour que nos manteaux, cols, manchons et accessoires puissent arborer leur peau, souvent synonyme de richesse. 

Plus d’infos sur le texte « The Welfare of Animals Kept for Fur Production », publié par le Comité Scientifique de l’Union Européenne. 

God save the animals !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.