Présidentielles 2012 : Comment redresser durablement l’économie de la France

Le MoDem, parti du candidat François Bayrou, a organisé samedi 14 janvier 2012 à Paris un forum intitulé « Urgent et durable : le redressement de la France ». A cette occasion, trois tables rondes ont réuni plus d’une centaine d’intervenants. La première table ronde avait pour thème « Produire en France », la deuxième « Equilibre et croissance », et la troisième, à laquelle Néoplanète a assisté, « Produire durablement ».

La table ronde « Produire durablement » était animée par Yann Wehrling, spécialiste des questions de développement durable pour François Bayrou, et membre du MoDem depuis 2008. 30 personnalités françaises du développement durable, et de tous bords politiques, ont débattu à tour de rôle pendant près de 3 heures. Nous vous proposons une retranscription des propos des intervenants, à lire par thème.

Le cœur du problème

Jean-Louis Bal (Président du Syndicat des énergies renouvelables) : « Être pour ou contre la décroissance, je ne sais pas si c’est la question. Si on continue dans cette voie là, c’est la planète qui décidera à notre place. »

Jean-Yves Casgha (Journaliste, producteur et directeur de la rédaction de Science Frontières Magazine) : « Je commence à avoir un peu la trouille car ça fait 30 ans que c’est comme ça. On avance sur la surface des choses et on ne pose jamais les questions de fond. Le vaisseau Terre il a une limite. »

Alain Cayet (Président d’une association d’aide à l’insertion dans l’emploi) : « Sur le terrain il y a deux mondes, celui de l’économie sociale et solidaire et celui de l’économie classique. Entre ces deux mondes il manque des passerelles. »

Bruno Genty (Président de France Nature Environnement) : « On est aujourd’hui confronté à deux crises : une crise écologique et une crise économique. Les deux relèvent du même procédé : un fonctionnement à crédit. »

Arnaud Gossement (Avocat associé au bureau de Paris, spécialiste en droit de l’environnement) : « Le problème c’est qu’on s’est déjà tout dit en 2007 lors du Grenelle de l’Environnement. Comment on passe à l’étape d’après ? »

Changer d’ère dans l’entreprise

Jean-Luc Bennahmias (Député européen sous l’étiquette MoDem) : « Le cadre du développement durable est relativement incompatible avec le cadre du profit immédiat. Nous ne prônons pas un système de décroissance, nous prônons une production contrôlée. »

William Bourdon (Avocat au bureau de Paris et avocat de Transparency International) : « La mondialisation est une source de dilution de la responsabilité. Il faut instaurer une responsabilité juridique des filiales et sous-filiales. »

Samuel Dufay (Directeur de production du Département audit en RSE chez VIGEO) : « La Responsabilité Sociétale des Entreprises doit servir à régler le problème de défiance généralisée. »

Arnaud Gossement (Avocat associé au bureau de Paris, spécialiste en droit de l’environnement) : « Il y a dix textes par jour en droit de l’environnement. Mettez-le Code de l’environnement dans une machine à laver et réduisez-le ! L’élection présidentielle c’est une élection régionale. 90% des règles du Code de l’environnement sont des règles européennes. »

Patrick d’Humières (Président et fondateur de l’Institut RSE Management) : « Le contrat de compétitivité et de responsabilité est un élément du deal. »

Anne-Christine Husson-Traore (Directrice générale de Novethic) : « Les donneurs d’ordre ce sont aujourd’hui les systèmes financiers. L’enjeu est que les investisseurs aient conscience de leur impact dans les investissements. »

Stéphane Jegou (Directeur Général d’une PME spécialisée dans les fournitures pour serruriers) : « Jamais un salarié n’est venu me voir pour parler de développement durable. Il faudrait une fiscalité qui favorise l’actionnariat durable. »

Nicolas Kourim (Associé de l’entreprise e-big fish) : « La question est de savoir comment on créé le déclic dans une entreprise. »

Marie-Pierre Lorsignol (Directrice R&D du groupe Alma Consulting) : « Il y a une absence de lien entre la pollution et la taxation. La fiscalité environnementale a pour objectif d’inciter les acteurs économiques vers des choix plus sobres en carbone. »

Patrick Mignola (PDG de Mignola Carrelages) : « La guerre des prix bas est le premier obstacle aux politiques de développement durable dans les entreprises. »

Hélène Valade (Directrice du département « développement durable » à la Lyonnaise des Eaux) : « On est au début de tout autre chose, des 30 vertueuses. Il faut passer à une économie circulaire et coopérative, à une économie de l’usage et de la fonctionnalité, et à plus de social et solidaire dans l’entreprise. On ne pourra pas réussir cette transition si tous les acteurs ne travaillent pas ensemble. »

Concilier social et durable

Jérôme Auriac (Directeur / fondateur du cabinet de conseil BeLinked) : « On évoque souvent la durabilité sous un angle environnemental qui est parfois déconnecté du quotidien des gens. Il faut intégrer la question sociale dans la question du développement durable. Faire des économies d’énergie n’est pas l’alpha et l’oméga de la production. Il faut que les produits servent l’amélioration des conditions de vie des personnes qui les consomment. »

Serge Orru (Directeur général du WWF-France) : « Les banlieues doivent devenir des beaux lieux. Ce sont des millions de personnes qui ne savent pas ce qu’est le développement durable et la justice. »

Sauvegarder le climat et la biodiversité

Alain Bougrain-Dubourg (Président de la Ligue de Protection des Oiseaux) : « Quand la France perd un de ses trois A, parler de biodiversité, ça peut prêter à sourire. Or 40% de l’économie mondiale repose sur les services rendus par la nature. 30% de la production agro-alimentaire nous est fournie par les abeilles. »

Pierre Ducret (Président de CDC Climat) : « Le réchauffement climatique est la principale menace contre la biodiversité. »

Philippe Guignard (ancien DRIRE de la région Rhône-Alpes) : « Nous avons deux défis majeurs : le climat et l’énergie, et l’érosion de la biodiversité. Le reste est secondaire car ce sont les conséquences. »

Bernard Perret (Ingénieur et socio-économiste. Enseignant à l’Institut catholique de Paris) : « Si on se donne des outils pour traiter la question climatique, on aura aussi des outils pour traiter la question de la biodiversité. »

Assurer la transition énergétique et proposer de nouveaux modes de transport

Jean-Louis Bal (Président du Syndicat des énergies renouvelables) : « Nous avons aujourd’hui tous les atouts pour industrialiser les filières des énergies renouvelables. C’est le maquis administratif qui nous en empêche. »

Nicolas Beuvaden (Co-fondateur du cabinet de conseil Sinteo) : « Ce qui est intéressant dans le Grenelle 2 c’est de moduler la taxe foncière en fonction de la performance énergétique d’un bâtiment. »

Marc Boudier (Ancien directeur Europe d’EDF) : « Il y a des limites techniques et financières. On ne peut pas faire que du renouvelable. »

Ludovic Bu (Président de Voiture&co) : « Le transport est le seul secteur en France et en Europe qui continue à augmenter la pollution. 15 à 25 ans sont nécessaires pour changer l’ensemble de la flotte de voitures du thermique à l’électrique. Mais ça ne changera rien. Ce sont les piétons et les cyclistes qui ont la meilleure fidélité aux commerces de proximité. »

Philippe Folliot (Député du Tarn) : « Le développement, qu’il soit durable ou pas, a besoin d’énergie. »

Thierry Salomon (Président de l’association NégaWatt) : « C’est une erreur d’avoir une vision uniquement centrée sur le carbone. Il y a trois problèmes : le bouleversement climatique, la fin des fossiles faciles et le risque nucléaire. Il faut une vraie politique de sobriété énergétique. »

Le rôle de l’Etat dans le développement durable

Bernard Perret (Ingénieur et socio-économiste. Enseignant à l’Institut catholique de Paris) : « Si on veut produire durable, il faut que l’administration française soit beaucoup plus proactive à Bruxelles. »

Julien Rivals (Sénior manager Développement durable chez Deloitte) : « L’Etat par sa capacité d’achat et d’investissement peut être un levier pour mettre en place cette économie durable. »

 


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone