Nouvelle attaque à la Réunion : faut-il tuer les requins ?

100 millions de morts chaque année

1550406152_68519006b4Les plus grands prédateurs ne sont pas ceux que l’on croit. Plus de 100 millions de requins seraient tués par l’homme tous les ans. Véritable destruction de l’écosystème et de la biodiversité, la pêche industrielle aurait fait baisser le nombre de requins dans les stocks connus de plus de 80%. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), un tiers des espèces sont menacées d’extinction.

Le finning

Vegetarian_shark_fin_soupOu le fait de découper uniquement les ailerons des requins pour les rejeter ensuite agonisants dans la mer, tuerait entre vingt-six et soixante-treize millions de grands prédateurs par an. Bien que les Asiatiques soient friands de la soupe d’aileron, des chaînes de restaurants se sont engagée à renoncer à sa vente. On rappel que Hong-Kong représente la moitié du marché mondial : « 83 pays y ont expédié plus de 10 millions de kilos d’ailerons en 2011« , selon Le Monde.

Le bouc émissaire

Shark_finsLes grosses bêtes ne sont pas les plus dangereuses. Si l’on parle souvent des attaques des requins c’est sûrement parce qu’elles sont plus impressionnantes et moins courantes. « Si Spielberg avait fait un film sur des méduses tueuses d’hommes, peut-être que l’on n’en serait pas là« , pouvait-on entendre les 23 et 24 juin dernier à la Monaco Blue Initiative, évènement organisé, chaque année, pour trouver des solutions et des pistes de réflexion quant à la protection des océans.

Selon l’International Shark Attack File, en dix ans on recense entre cinquante et cent attaques de squales contre l’Homme et moins de dix morts. « Les méduses, par exemple, tuent environ 100 personnes chaque année », remarque Robert Calcagno, directeur général de l’Institut et du Musée océanographique de Monaco. L’institut accueillait cette année la quatrième édition de la Monaco Blue Initiative, Néoplanète y était.

Écoutez l’interview de Robert Clacagno dans Requins : au delà du malentendu

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Barbara Krief

Journaliste pour Le Plus de L'Obs, Barbara Krief continue d'écumer les festivals engagés pour Néoplanète. Retrouvez-la sur Twitter @KriefB.