Poursuivi pour refus d’utiliser des pesticides

flickr geoffroy9422Un viticulteur bourguignon cultivant en biodynamie est convoqué … le 24 décembre par le procureur de Beaune (Côte d’or) pour avoir refusé d’utiliser des pesticides pour traiter sa vigne contre un insecte vecteur d’une maladie de la vigne.

Emile Giboulot, viticulteur à Beaune, encourt ainsi une amende de 30.000 euros et 6 mois de prison pour infraction au code rural en n’appliquant pas ce traitement chimique préventif prescrit par arrêté préfectoral pour toute la Côte d’or. La maladie en question, la flavescence dorée est provoquée par un insecte, la cicadelle, qui peut entrainer de graves dommages. Mais, selon Emmanuel Giboulot, qui exploite 10 hectares de vignes en appellation depuis les années 70 en bio, le traitement systématique est inopérant et de plus, il détruit tous les insectes auxiliaires qui, eux, sont « bénéfiques ». Une pétition de soutien à Emmanuel Giboulot a déjà recueilli 34.000 signatures.

flickr geoffroy9422 2La profession est divisée sur le sujet entre viticulteurs « bio » (13% en Bourgogne) et viticulteurs traditionnels qui continuent à traiter chimiquement leurs vignes. Mais c’est la première fois qu’un tel débat est porté sur la place publique, avec l’aide la Justice.

Sensible aux maladies, la vigne (non bio) subit de nombreux traitements chimiques. Alors qu’elle ne représente que 3% des surfaces agricoles, la vigne française (la première au monde) absorbe à elle seule 20% de tous les pesticides agricoles.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.