Pour ou contre la réintroduction des animaux ?

En février dernier, le Cora Faune Sauvage organisait, à Lyon, un colloque sur la réintroduction des animaux. Trois cents experts s’y étaient réunis pour évaluer la stratégie dans un contexte délicat. On sait, en effet, qu’il ne sert à rien d’imaginer une opération de lâcher d’ours, de vautours et autres visons d’Europe, si les populations locales ne sont pas préparées à les accueillir.

(Extrait de Néoplanète 29)

Or, non seulement cette question doit être résolue (ce qui n’est pas évident !), mais il faudra désormais compter avec les naturalistes qui s’opposent au principe même de la réintroduction. En clair, aujourd’hui, deux courants de pensée s’affirment distinctement : ceux qui restent farouchement partisans du « laisser faire la nature » et ceux qui sont favorables au « coup de pouce pour la nature ». Ainsi, la réintroduction d’aigles de Bonelli dans le sud de la France a été bloquée par l’Administration, alors que, dans le même temps, des jeunes élevés en captivité étaient prêts à prendre leur envol au-dessus des garrigues.

Je me range au côté de ceux qui préconisent l’aide à la nature. Pourquoi ? Parce que cette démarche a fait ses preuves. Sans de telles initiatives, nous n’aurions pas connu la résilience du lynx, du vautour fauve, du castor et de bien d’autres espèces, dont les derniers représentants agonisaient. Parce que nous sommes dans l’urgence et que le « temps de la nature » est trop long face aux agressions. Enfin, parce que de pareilles actions ont aussi le mérite d’éveiller les consciences sur une situation pathétique.

Un nouveau mouvement baptisé Rewilding, initié par les Américains, se dessine en Europe. Il consiste à réintroduire des bisons, des élans et autres grands herbivores du passé pour participer à la gestion des espaces naturels. Avec certains rétrogrades de tout poil, il n’est pas près de s’imposer dans l’Hexagone. Sauf, peut-être, en région Rhône-Alpes qui a toujours fait preuve d’une longueur d’avance dans le domaine de la conservation.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone