Pour comprendre Claude Allègre !

L’édito d’Alexis du Fontenioux du blog Valinkeo

La rumeur s’intensifie, Claude Allègre pourrait donc rejoindre le gouvernement pour gérer la politique de recherche et d’innovation. Il ne s’agit pas ici de remettre en cause les qualités d’un scientifique à l’intelligence et au courage reconnus. La question est de comprendre les raisons qui le poussent à adopter une posture contraire aux règles de bases de l’esprit scientifique qu’il chérit tant.

Le dogme est l’ennemi du scientifique, en ce sens Claude Allègre a raison d’en souligner les dangers. La controverse est nécessaire à la science qui se repose sur elle pour valider ses avancées, il a raison de la promouvoir.

Glacier d'Ilulissat
Creative Commons License photo credit: Ludovic Hirlimann

Mais Lorsque Claude Allègre récuse avec mépris les travaux d’un scientifique au motif qu’il n’est pas climatologue mais glaciologue, il semble ignorer (est-ce possible ?) que la climatologie est faite de l’agrégation de disciplines ayant un rapport avec le climat (océanographes, glaciologues, géographes physiciens, hydrologues, etc.). Lorsqu’il déclare qu’il n’y a pas de réchauffement climatique au motif que « l’année 2008 est la plus froide de la décennie devant l’année 2007 » (C’est dans l’air, 15 décembre 2008), il dénigre les principes même de l’analyse scientifique, omettant volontairement de souligner qu’il s’agit de la décennie la plus chaude jamais enregistrée. Les scientifiques avant leurs interventions écrivent leurs textes, car ils savent que la précision des mots est la pierre angulaire d’une démonstration rigoureuse. Jade Lindgaard l’a démontré, Claude Allègre est hélas coutumier d’imprécisions, d’inexactitudes et autres « grosses ficelles ». Tout chercheur traitant de sujets utiles à l’analyse du climat contribue aux travaux du GIEC. Un scientifique contributeur n’est pas porteur d’un dogme, mais d’études elles mêmes soumises à la controverse. Le travail de l’organisation consiste à agréger et à synthétiser ces différents travaux par l’obtention d’un consensus, par la convergence des résultats. Si Claude Allègre mène des études sérieuses pouvant contribuer aux travaux du GIEC, il sera le bienvenu !

Alors pourquoi en est-on arrivé là ? Comment un scientifique reconnu peut-il se fourvoyer dans une posture le poussant à dénigrer les principes mêmes sa discipline, dont la rigueur et l’honnêteté intellectuelle… ? L’orgueil !

Si les observations de Claude Allègre n’étaient à l’origine pas forcément injustifiées, elles sont devenues obsolètes avec le temps et l’avancée des recherches. Mais reconnaître son erreur est difficile pour un scientifique, qui plus est à l’orgueil hypertrophié. Claude Allègre s’enferre dans un combat quitte à raconter n’importe quoi. Bien que probable futur ministre, il est finalement bien à plaindre…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.