C’est l’histoire du potager qui flottait…

Un village… sur l’eau ? Pour résister aux fortes moussons, les habitants du Cambodge fabriquent des maisons sur pilotis et des potagers sur radeaux, écoutez…

L-histoire-du-potager-qui-flottait

 

 

Version écrite de la chronique

Les Cambodgiens ont l’habitude de vivre au-dessus des eaux. C’est ce qui a inspiré deux ONG franco-cambodgiennes, Osmose et Aster, qui ont eu l’idée de construire plusieurs plateformes flottantes sur le lac Tonle Sap. L’objectif ? Créer une économie durable et solidaire grâce à l’écologie et au tourisme en proposant un jardin potager, un restaurant, une école, une boutique d’objets artisanaux et des toilettes équipées d’un jardin composteur recyclant. Chaque radeau fonctionne grâce à l’autre. La litière des toilettes sert d’engrais au jardin potager et les eaux sont recyclées par les plantes avant d’être rejetées dans le lac.

Avant, l’eau n’était pas potable

Le lac était devenu un tout-à-l’égout. Pour consommer l’eau il fallait la faire bouillir et donc couper du bois. Côté alimentation, les habitants ne vivaient que de la surpêche et du braconnage. Le Prek Toal, la plus grande réserve ornithologique d’Indochine, était devenue le garde-manger du petit village. Il fallait réagir! Ce que l’agence Méristème a fait en créant une station d’épuration flottante et naturelle. Mais attention, les plantes ne sont pas choisies au hasard. Chacune d’elle a une propriété filtrante.

Comment réagissent les villageois?

Ils commencent à comprendre les conséquences de cet environnement qui se détériore et sont fiers d’expliquer aux touristes le fonctionnement de leur petit village. Mieux encore : comme on leur a expliqué la gravité de la situation, les braconniers deviennent même les plus fervents défenseurs de la nature. L’école primaire a d’ailleurs été construite pour cette raison. Les enfants apprennent la biologie afin de devenir des experts de la nature. C’est la première fois que l’on fabrique un village émergé flottant qui fonctionne avec un jardin d’épuration. Le projet est actuellement toujours en cours de réalisation. Il sera terminé en début d’année prochaine.

La chronique « Environnement » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée ce mardi 12 novembre 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.