Pommes Antarès : visite du Verger de la Blottière

Nous sommes partis à la rencontre d’une pomme unique en France. Son petit nom ? Antarès. Produite en Val de Loire, près d’Angers, cette pomme résiste naturellement à la tavelure, un champignon habituellement combattu par des pesticides. Et grandit dans le Verger de la Blottière, où fourmillent les initiatives écologiques. Reportage.


C’est la 5ème saison de la pomme Antarès. A la fois sucrée et acide, très juteuse, cette pomme est née de recherches de l’INRA. Vous la trouverez sur les étals jusqu’à fin mars-début avril. Son atout ? Etre naturellement résistante à la tavelure. Nul besoin donc de pesticides pour venir à bout de ce champignon. Cueillie à maturité, cette pomme évolue dans un environnement qui offre une place prépondérante au développement durable.

La mise en place de nids à mésanges
Les mésanges sont des prédateurs naturels des larves parasites des pommes (en particulier des carpocapses). Depuis plusieurs années, le Verger de la Blottière favorise leur installation au milieu des pommiers pour assurer des récoltes de fruits sans aucun insecticide. Résultat : 800 nichoirs à mésanges installés dans le verger.

Dans le même esprit, le verger a mis en place des refuges à coccinelles. Le but ? Favoriser la présence de coccinelles pour qu’elles mangent les pucerons. Là encore, cela permet éviter d’utiliser tout insecticide. Egalement en cours d’expérimentation : les refuges à chauve-souris qui elles aussi contribuent à venir à bout naturellement de ravageurs comme les pucerons.

Des haies en faveur de la biodiversité
Le Verger tient à éviter l’uniformisation des cultures et à valoriser le patrimoine rural. En cinq ans, huit kilomètres de haies entomofaunes, aux espèces végétales multiples et adaptées, comme le sureau noir, le fusain d’Europe, le noisetier, le cassissier, l’aubépine ou le sorbier des oiseaux, ont été plantés pour maintenir sur place la faune des vergers tout au long de l’année.

Des économies d’eau
L’eau utilisée pour le convoyage et le nettoyage des fruits circule en circuit fermé : elle est filtrée et réutilisée. 4 000 m3 sont ainsi préservés chaque année. Lors des vidanges qui ont lieu quatre fois par an, l’eau est renvoyée vers l’étang voisin qui servira à irriguer au goutte à goutte les pommiers. Le système au goutte à goutte permettant lui aussi de faire des économies d’eau considérable.

Sans oublier que le Verger, qui produit plusieurs variétés de pommes et de poires, donne plus de 12 tonnes de pommes de table chaque année à la banque alimentaire d’Angers. Et a cofondé en 2004 l’association Demain la Terre.

Le Verger de la Blottière fait des efforts en matière de protection de la planète, et vous ? Vous faites du covoiturage, vous n’utilisez que des recettes de grand-mère pour votre ménage, vous préférez le troc à la surconsommation ? Faites-le savoir en participant au concours Antarès qui récompense les meilleures initiatives écolos. A la clé ? Des séjours en écolodges, des paniers de pommes Antarès, des nichoirs à mésanges…

Prix de la pomme Antarès : entre 2 et 2,50 € le kilo.
Infos : www.levergerdelablottiere.fr et www.mapommeantares.fr/ma-planete-antares

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone