Pollution plastique :

Rencontrez l’équipage du 7ème continent

Qu’il s’agisse du 6e, 7e ou 8e continent (en fonction des géographes), c’est bien de l’amas de plastique de 3,5 MILLIONS de km² flottant au nord du pacifique, dont on parle. Enfin… si seulement ce n’était que cela ! Le problème, c’est qu’il n’en existe pas un mais cinq sur notre planète. C’est contre ce fléau que lutte l’association « Expédition 7e continent » en lançant une nouvelle campagne pour sensibiliser le public. 

12963379_1192811050751779_5611328090008434230_n

Généralement les déchets humains rejetés sont détruits naturellement par des micro-organismes naturels. Mais ce n’est plus le cas depuis quelques années ! Le plastique, qui s’est immiscé partout, rend la décomposition impossible puisqu’il représente 90% des déchets flottant dans les océans. Cette pollution produite sur terre va ensuite dériver vers le milieu océanique et s’accumuler autour de l’épicentre des « gyres », ces tourbillons formés par le point de rencontre entre plusieurs courants marins opposés. Il y aujourd’hui jusqu’à 10 fois plus de plastique que de planctons dans l’eau. Ce fléau perturbe complètement l’écosystème : il favorise certaines espèces qui vont connaître un développement exponentiel, mais en paralyse d’autres comme les tortues qui meurent d’asphyxie parce qu’elles confondent le plastique avec des méduses.

Patrick Deixonne, navigateur et explorateur, est à l’initiative des « Expéditions 7e Continent ». Elles étudient la composition de l’eau et la présence de plastique directement sur place. L’association éponyme s’occupe ensuite de médiatiser la catastrophe et de mobiliser les populations à travers de nombreux programme de sensibilisation. Cette année, ils viennent à notre rencontre dans toute la France pendant un mois à partir du 12 Mai.

L’Expédition fera sa première escale à Boulogne-sur-Mer. Au programme de cette journée, une conférence de presse et un plateau télé pour les médias mais aussi une série d’activités pour les curieux. Entre autres, ramassage de déchets, observation d’échantillons de plastique ramenés du 7e continent, rencontre et débats avec l’équipage, projection du documentaire de l’édition précédente ou encore visite du Marama, le bateau de l’expédition. Les évènements sont tous ouverts au public et accessibles pour les petits et les grands.

13000245_1192810910751793_7614074321679296916_n

Les dates de la tournée :

12 au 15 mai à BOULOGNE SUR MER – NAUSICAA

17 et 18 mai – TROYES – CHATILLON SUR SEINE : au Lycée Sainte Maure le 17 et au Lycée de la Barotte le 18.

20 et 21 mai – ROUEN

23 et 24 mai – LE HAVRE : sur l’Esplanade la Plage.

27 et 28 mai – LA ROCHELLE : sur le Port en face de l’Aquarium, Expédition 7e Continent rencontrera en plus les élèves du projet Argonautica mené par le CNES.

31 mai et 1er juin – BAYONNE : les équipes scientifiques seront également présentes pour faire des prélèvements de microparticules dans l’Adour grâce au concours de l’Agence de l’Eau Adour Garonne.

4 et 5 juin – TOULOUSE : place de l’Olivier.

7, 8 et 9 juin – BORDEAUX : chez Cap Science. Des prélèvements de microparticules dans la Garonne sont également prévus avec les équipes scientifiques grâce au soutien de l’Agence de l’Eau Adour Garonne.

8 juin – PARIS : au Palais de la Découverte, un lieu Universcience pour la journée mondiale des océans. A cette occasion, Paris sera reliée via vidéo-conférence à Bordeaux.

11 et 12 juin – CAEN : le festival Rast’Art sera l’occasion de sensibiliser les quelques milliers de festivaliers venus pour l’occasion.

14 et 15 juin – PARIS

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Léo Arguillère

Journaliste Multimédia et occasionnellement musicien et acrobate urbain. Proche de la nature tel un hippie sauvage, et déjà concerné par les questions de bien-être et de santé, c’est après avoir vu le film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent que Léo s’est engagé dans l’écologie. Ce documentaire l’a convaincu que le combat n’était pas vain, qu’il y avait encore de l’espoir et qu’il fallait se battre pour montrer au monde les solutions qui existent.