Pollution : « Bonnes gens, restez chez vous ! »

pollution crédit wikipédiaC’est la énième alerte à la pollution de l’air : celle du 14 mars est pire que les autres, à Paris, Lyon et dans bien d’autres villes.

Cela fait des années que ça dure : la loi sur l’air (la Laure, dite loi Lepage) date de fin 1996,  et plusieurs décrets d’application sont encore en attente.  Le niveau d’alerte aux particules fines a en effet été atteint dans le nord du pays et la vallée du Rhône : le responsable visé est le printemps inhabituellement chaud mais d’abord la pollution automobile sans laquelle on profiterait juste du beau temps.

Quelles  réponses ? Toujours du court terme. La gratuité des transports en commun franciliens du 14 au 16 mars, dont on sait qu’ils ne peuvent absorber que 5% de plus de voyageurs. Le retour de la circulation alternée avait été annoncé pour le début 2014. Mais pas tout de suite,  a dit le ministre Philippe Martin, même s’il s’agit d’une des rares mesures qui ait une chance d’être relativement efficace. On ne saura pas pourquoi la circulation alternée, qui n’a été déclenchée qu’une seule fois (en 1997), n’est pas mise en place après deux semaines d’alerte à la pollution. Il s’agit sans doute une question de décret non encore approuvé par le Conseil d’Etat ou simplement d’organisation pour bien surveiller les véhicules « pairs » roulent les jours pairs et les « impairs », les jours impairs. Or la loi Lepage est valide quelle que soit le type de pollution, le passage devant le Conseil d’Etat pour étendre la mesure aux particules fines (PM10) et aux oxydes d’azote (NoX) ne s’imposant pas.

La mise en place de vignettes de trois couleurs différentes selon le niveau de pollution des véhicules devait être à l’étude.

Une des rares mesures vraiment efficace – comme c’est le cas à Londres et à Rome – est l’institution d’un péage urbain. Un moment envisagé, il nécessite une réorganisation de la ville à ses entrées pour le stationnement et une plus grande capacité des transports en commun, déjà saturés.

Faut-il en arriver à des mesures contraignantes ? Ainsi, à la demande du parquet de Savone, les carabiniers italiens ont placé sous séquestre, le 11 mars, une partie de la centrale thermique de Vado Ligure.

La pollution de l’air a été classée, en octobre 2013, comme cancérigène avéré par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ).

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.