PokerEthical, jouez au poker solidaire

L’ouverture des jeux d’argent en ligne il y un an a multiplié les échanges d’argent liés au poker. Certains, comme les fondateurs de PokerEthical, en ont profité pour en faire bénéficier des associations.

« Jouez au poker, aidez les associations caritatives, changez la donne. » Voilà un slogan plutôt original pour une entreprise de poker en ligne ! Créé en 2010 par deux passionnés, PokerEthical se propose de reverser la moitié de ses revenus directement à des associations. « Nous donnons autant que nous recevons », explique sur le site de PokerEthical Guillaume Ricciuti, l’un des fondateurs.

« Chaque année l’industrie du poker en ligne génère des profits de plusieurs millions de dollars. Nous pensons qu’il est possible d’en reverser une partie pour tenter d’améliorer les choses, poursuit-il. Pas une révolution, mais un moyen d’aider le quotidien d’individus qui en ont besoin, toujours en suivant nos valeurs : plaisir, solidarité, responsabilité, créativité et amitié. »

Le principe ? Vous vous inscrivez sur le site, vous jouez librement, et à chaque fois que vous créez un compte sur une salle de poker, vous choisissez l’association que vous voulez soutenir. Vous êtes libre de changer ou de soutenir toujours la même. Si la salle offre une commission fixe, votre association recevra la moitié de la commission versée à PokerEthical pour votre inscription. Si la salle offre une commission au pourcentage, les dons seront versés proportionnellement au montant de rake que vous avez généré. « Ce procédé est complètement gratuit pour les joueurs », précise Guillaume Ricciuti.

Quelle association soutenir ? Sur le site, cinq sont inscrites. Respectons, pour le droit des animaux, est la plus sollicitée avec 511 € de dons récoltés depuis l’ouverture du site. Vient ensuite SOS Children, pour aider les familles à empêcher l’abandon des plus jeunes, avec 160,50 € et Crusaid, qui soutient les personnes pauvres et marginales atteintes du virus du Sida, avec 51 €.

« Nous croyons que le jeu et l’entraide sont compatibles. Alors, jouer oui, mais jouer éthique, solidaire et utile ! », conclut Guillaume Ricciuti

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone