Livre :

Y’a t-il encore un agriculteur dans le pré ?

La plupart des agriculteurs ont aujourd’hui disparu, étouffés par une industrialisation galopante loin de rimer avec santé… Voilà pourquoi Fabrice Nicolino publie « Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture ». L’auteur s’adresse à un personnage fictif, Raymond, un agriculteur retraité âgé aujourd’hui de 90 ans, à l’aube de sa vie : Raymond doit maintenant savoir la vérité sur la mort des paysans pour mourir lui-même en paix…

Nicolino portrait (c)AnneVaudoyer (1)                                                                       © Agence Anne & Arnaud

Bien sûr cet ouvrage passionnant pointe du doigt la guerre, l’après-guerre mais également des racines plus profondes qui remontent au…19ème siècle ! Aussi incroyable que cela puisse paraître les prémices de l’industrialisation de l’agriculture remontent à il y a plus de cent ans… Détails avec Fabrice Nicolino auteur de « Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture »…

En 1945 après 5 années de disette il faut manger ! Des jeunes, portés par l’élan de la résistance, veulent révolutionner le système agricole. Il s’avérera plus tard qu’il s’agissait là du germe de la mort de l’agriculture…Explications avec Fabrice Nicolino auteur de « Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture »…

Peut-on revenir aujourd’hui à une agriculture vertueuse avec une production bio foisonnante ? Fabrice Nicolino auteur de « Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture » y croit dur comme fer…ou plutôt comme terre !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Bruno Lorenzi

Journaliste / reporter, passionné de musique et d’environnement. Il débute à la télévision en 1993 avant de se consacrer exclusivement au média radio en 2000, à Radio France. Il réalise des documentaires, reportages et magazines et conserve toujours son attachement au métier de journaliste en s’impliquant dans des causes choisies.