Noël :

Vire ta fourrure !

Ils sont 56 millions chaque année dans le monde à être sacrifiés sur l’autel de la mode ! Le site Mode Sans Fourrure pointe les marques qui utilisent des animaux pour garnir nos vêtements et nous aide à repérer la vraie fourrure de la fausse.

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite :

Dans les années 1990-2000 la fourrure était devenue has been, on se souvient notamment de cette campagne de top models stars, Naomi Campbell en tête, posant nues pour protester contre cette pratique cruelle.

Oui, mais ça n’a pas duré et c’est reparti de plus belle ! Visons, renards, lapins, castors, chinchillas, lynx, zibelines (la liste est longue mais il faut les citer tous) coyotes, ratons laveurs, putois sans oublier les chiens et les chats en Asie ; ils sont 56 millions dans le monde à y laisser leur peau chaque année au nom de la mode ! Car le gros du marché de la fourrure n’est plus celui des manteaux ou des vestes, il est surtout question de garnitures et accessoires beaucoup plus abordables pour les consommateurs. Alors en cette période de cadeaux de Noël, il nous a paru important de faire un focus sur les acteurs de la mode impliqués dans cette pratique barbare. La marque Canada Goose par exemple fait un tabac chez les 15/20 ans; derrière ses capuches fourrées et doublures de doudoune se cache une sombre réalité, le piégeage des coyotes au Canada ; capturés à l’aide de pièges à mâchoires, les animaux restent coincés pendant des jours avant que les trappeurs les récupèrent, certains se rongeant les membres pour pouvoir s’échapper ; ils sont ensuite matraqués ou étranglés avant d’être dépecés. En Europe, les marques s’approvisionnent auprès des élevages sur les conditions desquels on va faire l’impasse aujourd’hui tant elles sont ignobles. Citons en vrac quelques marques qui y ont recours : Comptoir des Cotonniers, Bel Air, Burberry, Chanel, Cerruti, Cacharel, Fendi, Paule Ka… la liste peut être consultée sur le site modesansfourrure.com.

C’est d’ailleurs le mouvement mode sans fourrure qui a mis en place fin novembre la campagne intitulée « vire ta capuche » dans le métro parisien et sur Internet

Silver_foxL’idée, initiée par l’association Animalter était de faire prendre conscience aux jeunes consommateurs qu’ils portaient de la fourrure, même très peu, autour de leur capuche par exemple, sans le savoir ou sans le vouloir. On peut repérer ces marques sur les deux sites, modesansfourrure et viretacapuche, ainsi que celles qui y ont renoncé comme The Kooples ou le Phare de la Baleine. On peut aussi faire des tests simples pour savoir si le bord de sa capuche est de la vraie fourrure ou pas ; car avec les progrès techniques, il est de plus en plus difficile de faire la différence entre les deux ; la qualité des textiles imitant le pelage d’animaux est de plus en plus étonnante quoiqu’en disent les soi-disant puristes de la mode qui se refusent obstinément à les utiliser.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.