Des vieux jeans pour un isolant confortable

On peut utiliser les matériaux les plus étonnants pour faire une bonne isolation. Les jeans et vêtements de travail usés font notamment très bien le boulot !

Pixabay
Pixabay

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 11h30, 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30 !

Version audio :

Version écrite :

Dans la série des matériaux insolites, on peut aujourd’hui isoler sa maison avec des vieux jeans !

fabrication_hd
Crédit isolantmetisse.com

En effet, on peut fabriquer un matériau hyper efficace avec des vieux jeans et des bleus de travail recyclés. Ça ne fonctionne pas toujours avec d’autres vêtements car cela nécessite un coton lourd et épais mais voilà encore un exemple de déchets utiles, au lieu de jeter ces vêtements on en fait un isolant baptisé « Métisse ». Il est utilisé par Le Relais, leader de la collecte textile en France, qui récupère ces habits quand ils sont trop vieux ou abîmés et les distribue alors qu’avant ils partaient simplement à l’incinérateur. Chaque année depuis 2009, l’entreprise transforme 3 millions de jeans recyclés en panneaux ou rouleaux de Métisse.

Quelles sont les qualités de cet isolant ?

C’est très bon régulateur thermique. En été, il atténue la chaleur alors qu’en hiver, il créé une barrière efficace contre le froid et peut emmagasiner la chaleur produite à l’intérieur pour la restituer lentement et ainsi garder une bonne température ambiante quand on arrête le chauffage. Il permet donc de faire des économies d’énergie. Il présente aussi de bonnes performances acoustiques, il absorbe les sons, ce qui est pratique notamment pour les maisons en bois qui ont souvent un problème de résonance. On peut d’ailleurs installer des panneaux Métisse juste pour insonoriser certains espaces sans faire de gros travaux. Il est aussi classé A+ en termes d’émissions de substances volatiles dans l’air intérieur, donc sans danger pour nos poumons et il a un faible bilan carbone.

Le tout avec un coût assez faible je suppose ?

Non, c’est son seul inconvénient : son prix est plus élevé que les isolants traditionnels. Un exemple avec une maison en bois qui vient de s’achever à Lanvallais dans les Côtes-d’Armor qui fait 430 m2. Les clients ont dû payer 10 000 euros de plus pour cet isolant mais ils vont se rembourser en quelques années grâce aux économies d’énergie qu’ils vont faire ensuite. Comme toujours, plus le marché va se développer, plus les prix vont baisser : déjà les entrepreneurs spécialisés dans la rénovation et les collectivités utilisent beaucoup ce matériau qui commence à se développer pour la construction de maisons individuelles. C’est encore un bel exemple des performances de l’économie circulaire.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.