Film :

Un potager pour retrouver le vrai goût des tomates

Après son documentaire SuperTrash, sorti en salle en 2013, Martin Esposito revient demain sur les écrans avec Le potager de mon grand-père. D’images fortes et choquantes d’une décharge à ciel ouvert, il passe à un documentaire simple et tendre. Pendant une année entière, il filme l’enchaînement des saisons dans ce potager. Un huit-clos intime et personnel sur la transmission des savoirs et la proximité avec la nature, dont son grand-père est la figure principale.

potager 2

Et si Le potager de mon grand-père – en salles dès demain sur grand écran était une suite logique de SuperTrash ? Le réalisateur indique une intention de continuité entre ces deux documentaires. « Après la décharge, j’ai eu besoin de revenir aux valeurs, aux fondations, à la terre. » Mais c’est aussi un film sur la vieillesse, sur ces grands-parents qu’on oublie d’aller voir et qui ont pourtant beaucoup à nous transmettre.

Contrairement à certains a priori qui bloquent les timides du jardinage, le potager n’est pas qu’une question de « main verte« . Selon Martin Esposito, c’est instinctif. Tout le monde mange, boit, a un rapport très personnel avec l’alimentation. Pour les citadins qui se trouvent des excuses, même en ville il est toujours possible d’avoir une jardinière sur sa fenêtre ou de créer un jardin partagé, sur un toit, un terrain vague…

Cette interview est à écouter en ce moment sur Radio Néoplanète le mardi  à 15h15, mercredi 05h15, 18h15, vendredi 07h15, 21h15, samedi 10h15, dimanche 00h15

Quel goût a une tomate qui vient du potager du grand-père de Martin Esposito ? Un goût sucré, une peau chauffée au soleil, un cœur juteux… maintenant qu’il y a gouté, il ne peut plus s’en passer !

Cette interview est à écouter en ce moment sur Radio Néoplanète le mardi à 20h15, jeudi à 9h15, 23h15, vendredi à 12h15, samedi à 02h15, dimanche à 18h15.

Bande-annonce :

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Sylvie Nadin

Après un master en sciences de l'atmosphère et de l'océan, Sylvie débute une formation en journalisme. La science doit être accessible à tout le monde et pas qu'aux scientifiques ! Face aux problèmes environnementaux actuels, elle s'engage personnellement dans la voie de l'écologie. Souvent pessimiste, elle croit tout de même qu'un avenir radieux est possible, si on se donne la peine de le construire.