PUBLI-REPORTAGE :

Un déodorant qui se partage

Ne pas déposer de brevet et faire partager l’innovation de ses déodorants « compressés » : c’est ainsi qu’Unilever souhaite contribuer à l’économie circulaire. Quels sont les effets vertueux de cette technologie open source ? Pour le savoir, nous avons réuni autour d’une table ronde Emilie Vantajol, chef de groupe déodorants chez Unilever, Eric Brac de la Perrière, directeur général d’Eco-Emballages, Elisabeth Luporsi, cancérologue, Patricia Savin, présidente de l’association d’Orée ainsi que Patricia Deudon, ancienne handballeuse en Equipe de France Espoir. Voici la deuxième partie de cette table ronde :

spray_painted_clouds_by_silverwolfey77-d5uxxjf

 

Néoplanète en partenariat avec UNILEVER HD det-unilever logo

Comment en partageant sa technologie Compressé dans le domaine public, Unilever peut-il générer de nouvelles solutions pour l’environnement et de nouveaux marchés ? Tout est dans la valve du déodorant ! Écoutez Emilie Vantajol, chef de groupe déodorants chez Unilever et Patricia Savin, présidente de l’association Orée.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.