Quelle époque éthique :

U.E : l’avenir est rose pour les lobbyistes

Le parlement européen a rejeté une proposition de loi qui aurait permis de mieux réguler le système de lobbying qui y règne en imposant une surveillance accrue des différents acteurs. Un camouflet pour la lutte anti-corruption.

lobbying-161689_1280

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite :

La commission des Affaires constitutionnelles du Parlement européen a renvoyé sine die une initiative pour le renforcement de la lutte contre le lobbying

C’est plus qu’une déception, c’est un véritable camouflet pour l’euro député vert Sven GIEGOLD, qui proposait de serrer la bride aux représentants d’intérêts et d’interdire les activités extérieures des eurodéputés dans des groupes de pression. Le rapport prévoyait notamment des normes de transparence plus stricte et la limitation des représentants d’intérêt sur la politique bruxelloise. Avec notamment la mise en place d’une empreinte « législative » dans les lois de l’UE et un délai d’attente de 3 ans pour les eurodéputés souhaitant se joindre à des groupes de pression. Et l’obligation de rendre publiques toutes les positions et les mandats dans les négociations pour des accords commerciaux.

Un sacré coup de pied au fonctionnement actuel du parlement à qui l’on reproche son opacité. Que s’est-il passé ?

La politique encore et toujours avec des alliances mises en place pour contrer le projet. Les fractions du PPE (parti populaire européen, conservateur), celles des socialistes et démocrates (S et D) et celles des libéraux (ALDE) se sont accordés pour reporter la décision. Le rapport a d’ores et déjà été vidé de sa substance, en particulier, l’empreinte législative qui aurait permis de comprendre qui suivait et soutenait quoi. Reste à savoir si le rapport sera de nouveau soumis au vote. Sven Giegold s’est montré pessimiste « Les États membres évitent la transparence comme la peste » a-t-il commenté.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.