Surconsommation : comment éviter le piège ?

Dans son livre « Vers une consommation heureuse », (Allary éditions, 18,90€), Elisabeth Laville (*) explique comment sortir du piège de la surconsommation. Aller vers une consommation durable et responsable, heureuse car équilibrée, c’est possible en faisant évoluer nos modes de vie, ce qui a déjà commencé à travers de nombreuses expériences en passe de devenir des modèles.

Elisabeth Laville

Comment Utopies pousse les entreprises à s’engager dans le développement durable et la consommation responsable. Pour Elisabeth Laville, les mentalités ont bien évolué mais les pratiques ne suivent pas encore.

Qu’est-ce qu’une consommation heureuse ? On pense que la consommation rend heureux alors que nous sommes conditionnés (pub, marketing, positionnement dans la société). La consommation est une solution de facilité pour faire face à nos angoisses.

Comment sortir du piège de la surconsommation, de cette addiction ? Elisabeth Laville pense qu’il faut d’abord reconnaître le problème et oser en parler. Il faut ensuite être accompagnés vers un modèle différent, un autre mode de vie alors que les politiques n’ont que l’indice de consommation à la bouche.

Elisabeth Laville explique pourquoi il faut des offres responsables, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Elle donne l’exemple des fleurs qu’on va acheter pour Noël. Qui peut dire d’où elles viennent, combien de milliers de kilomètres elles ont parcouru, avec quels pesticides interdits chez nous elles ont été arrosées ?



*
Fondatrice d’Utopies, outil de réflexion et d’accompagnement pour faire évoluer les entreprises vers des comportements plus durables. Elle signe dans chaque numéro de Néoplanète la rubrique « Mes courses pour la planète ».

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.