Quelle place pour la science dans la COP 21 ?

A l’occasion du forum « Une feuille de route pour un agenda positif climat », la directrice de l’Institut écologie et environnement du CNRS, Stéphanie Thiébault, s’entretient avec nous à propos de la place de la science au sein de la COP 21, ainsi de celle du chercheur dans la société, et de l’importance de ne pas accepter le changement climatique. Stéphanie Thiébault - Eddy Delcher

Elle parle aussi des énergies alternatives et durables sur lesquelles planchent le CNRS, telles que les algues et le photovoltaïque, ainsi que du projet de science participative tel que Vigie-Nature, à travers lequel les citoyens travaillent main dans la main avec les chercheurs et apportent eux-aussi des changements de par leurs observations.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.