Quelle époque éthique !

Si les animaux pouvaient parler de leurs souffrance…

bullfight-1547342_1280Le colloque « Animalement vôtre » au Centre Pompidou à Paris, aujourd’hui et demain, réunit des spécialistes pour « éclaire les rapports entre humains et animaux car comme l’explique la    philosophe Elisabeth de Fontenay, la question n’est pas « peuvent-ils parler ? » mais « peuvent-ils souffrir ? ». 

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite :

Ces 2 et 3 décembre après-midi, la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Georges Pompidou organise un colloque intitulé Animalement vôtre qui entend « éclairer les rapports entre humains et animaux ».

Des rapports en pleine mutation : zoologie, droit de l’animal, rapport à notre nourriture (face notamment à l’industrialisation de l’élevage, abattage, contestation de la corrida ou de la chasse bref, l’époque est en pleine interrogation sur le rôle de l’animal et, en miroir, de l’humanité. C’est la philosophe Elizabeth de Fontenay qui inaugurera le colloque, auteur de l’ouvrage de référence « le Silence des bêtes ». Selon elle, la question n’est pas « peuvent-ils parler ? » mais « peuvent-ils souffrir ? ». Or, malgré l’erreur terrible de Descartes qui les comparait à des machines, on sait aujourd’hui que les animaux souffrent et ressentent des émotions comme nous. Pour Elisabeth de Fontenay, il ne s’agit d’animaliser l’homme ni d’humaniser l’animal. « Les animaux ont droit à des droits mais ceux-ci ne sauraient se confondre avec les droits humains » a-t-elle déclaré au Figaro.

Donc il ne s’agit pas ici de faire de l’anthropomorphisme et de sous-estimer les droits de l’homme comme le craignent certains

D’autant que pour l’instant, ils n’ont pas beaucoup de droits ces pauvres animaux ! Mais cette nouvelle discipline du droit animalier s’enseigne à Strasbourg et depuis Septembre à Limoges. Côté politique, après le PACTE, le parti antispéciste qui reconnaît que toutes les espèces ont droit au respect, créé en août, le Parti Animaliste est officiellement né le 14 novembre et compte bien peser dans les débats électoraux de 2017. A Beaubourg, ethnologues, sociologues, historiens, éthologues  rappelleront que l’animal fait partie de notre histoire, de notre quotidien, de notre imaginaire et  donc qu’il est aussi un sujet politique…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.