Quelle époque éthique !

Le sale business du cobalt

Fin octobre, le Washington Post a révélé les conditions de production épouvantables du cobalt, une matière très présente dans notre quotidien.

Amnesty International
Amnesty International

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite :

Le Washington Post a révélé les scandaleuses conditions de production du cobalt, une matière très présente dans notre quotidien

Nous en avons tous derrière nos écrans, dans les batteries de nos smartphones, tablettes ou ordinateurs. On l’utilise aussi pour construire les moteurs des voitures électriques. Or 60% du cobalt mondial est produit dans le sud de la République démocratique du Congo, une des régions les plus pauvres du monde. Le Washington post décrit des scènes effrayantes : des milliers d’hommes et d’enfants creusant le sol pour en extraire le cobalt, avec de pauvres pelles et des pics, pour un salaire misérable évidemment. Les décès et les blessures des creuseurs comme on les appelle sont fréquents et les populations locales sont soumises à des niveaux de métaux toxiques propices à des maladies respiratoires et à des anomalies congénitales. Sans oublier les accidents, fréquents, de tunnels qui s’effondrent, d’incendies, de glissements de terrains avec des creuseurs à l’intérieur.

Qui a la mainmise sur ce business du cobalt au Congo ?

Une entreprise chinoise est en situation de quasi-monopole sur le territoire, elle gère 90% de la production et fournit presque toutes les multinationales. Apple, Samsung et LG sont nommément mis en cause par l’enquête du Washington Post. Apple s’est empressé de déclarer (qu’elle) « prévoit de renforcer le contrôle sur la façon dont tout son cobalt est obtenu ». De son côté, Samsung a déclaré mener une enquête interne pour « une meilleure connaissance de la chaîne d’approvisionnement ». Belles intentions mais faut-il y croire car ces entreprises avaient déjà déclaré vouloir faire respecter les droits de l’homme et protéger les enfants. Où l’on reparle du problème éthique de la responsabilité des chaînes d’approvisionnement et de la sous-traitance aveugle.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.