Revue de presse : les Indiens d’Amazonie, les patrons responsables, des voitures pour femmes enceintes et une vache d’équitation

Au menu des bonnes nouvelles de Yolaine de la Bigne  : les Indiens d’Amazonie, les patrons responsables, des voitures pour femmes enceintes et une vache d’équitation. A écouter ci-dessous.

 

 

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/04/Bonnes-Ondes-79-PAD.mp3|titles=Revue de presse du 8 avril]

Version écrite de la revue de presse

Les indiens qui vivent près du fleuve Xingu en Amazonie doivent être fous de joie. Pour la première fois depuis les années 70, quand a commencé leur lutte avec le gouvernement brésilien qui veut construire le barrage géant de Belo Monte,  la CIDH (Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme) a demandé la suspension immédiate du projet. Un projet très contre-versé car il entraînerait la disparition de milliers d’animaux et serait une catastrophe humanitaire pour les tribus qui y vivent. L’organisme exige, nous explique Le Monde, que le gouvernement informe avec honnêteté les habitants et qu’il se mette d’accord avec eux. Enfin, on va respecter les hommes au lieu de faire passer la rentabilité avant toute chose ? Les indiens doivent danser en ce moment pour remercier les dieux!

Ils sont de plus en plus nombreux à penser que l’on peut gagner très bien sa vie tout  en aidant les autres.  Comme Bill Gates, le deuxième homme le plus riche au monde, devenu chef de file d’une nouvelle génération de milliardaire philanthropes. Il ne léguera que 5% de ses biens à ses enfants, le reste allant à sa fondation qui aide des projets en Inde ou en Afrique. Une tradition protestante où l’argent hérité a moins de valeur que l’argent gagné. Le Parisien Aujourd’hui en France nous rappelle que déjà, en 1889, l’industriel Andrew Camegie écrivait « l’homme qui meurt riche, meurt déshonoré ». Mais manifestement, l’argument ne touche pas tout le monde, en Chine, en Inde ou en France. Bille Gates est venu durant deux jours parler aux patrons français mais les Pinault, Mestrallet, Arnaud ou Margerie, tous nos patrons richissimes n’ont même pas daigné se déplacer, considérant que c’est le rôle de l’Etat et non du patronat. Ben voyons ! Heureusement, d’autres français nous font moins honte comme ces 200 000 patrons d’entreprises solidaires qui travaillent dans la réinsertion, l’handicap ou le service à la personne. Un secteur qui se développe, explique Métro, et veut changer les mentalités. Même l’Essec a créé une chaire sur l’entreprenariat social pour qu’argent soit synonyme de générosité !

Faire du business et s’intéresser à l’autre, c’est aussi le but des ingénieurs de Ford qui conduisent avec des vêtements de fausse femme enceinte. L’image que nous montre le Parisien Aujourd’hui en France est étonnante : cet ingénieur avec son gros ventre rempli d’eau et ses faux seins pour lui permettre de comprendre les difficultés d’une femme qui attend un bébé. Du coup, les modèles ont été modifiés. On a, par exemple, rehaussé le siège pour sortir plus facilement de la voiture et on l’a rembourré au niveau des lombaires pour faire moins mal au dos.

Comprendre l’autre est toujours payant. Même si c’est un animal. La jeune bavaroise Régina Mayer, en est un exemple incroyable. Quand ses parents agriculteurs ont refusé de lui acheter un cheval, au lieu d’aller ruminer ses soucis dans sa chambre comme beaucoup d’ados l’auraient fait, s’amuse Direct matin, elle a  travaillé avec une des vaches de l’étable durant des mois. Résultat : elle fait de l’équitation avec sa vache et elle est même particulièrement  bonne en saut. Vachement fort !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.