Requins : au delà du malentendu

Robert Calcagno Directeur general Institut oceanographique - credit Thierry AmellerA bas les stéréotypes sur les requins ! Non, ce ne sont pas des mangeurs d’hommes, non, ils ne sont pas de grands chasseurs…  Et c’est pour mettre fin à leur réputation de monstre sanguinaire que l’Institut océanographique, Fondation Albert 1er – Prince de Monaco, met ces squales à l’honneur cette année à travers une série de conférences à la Maison des Océans, une grande exposition au Musée océanographique de Monaco dès cet été et la sortie au printemps du livre « Requins, au delà du malentendu », signé par Robert Calcagno, directeur de l’Institut océanographique. Rencontre avec ce mordu de requins qui ne sont « pas si menaçants, menacés, utiles ».

 

Saviez-vous que le requin est équipé de capteurs qui détectent des champs électromagnétiques, qu’il révulse les yeux quand il attaque pour les protéger et qu’il est incapable de respirer ? Découvrez vite les spécificités de cet animal aussi étonnant que fascinant ! (02’21)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/01/Robert-Calcagno-1-caracteristiques-ok-avec-jingle.mp3|titles=Robert Calcagno caracteristiques requins]

COUV CYCLE REQUINS INSTITUT 2013copyright -  Thierry Ameller - Musée océanographique de Monaco

 

 

 

 

 

 

 

 

Contrairement à son allure de grand prédateur, le requin est un animal fragile. Que se passerait-il s’il venait à disparaitre ? A écouter page 2.

 

5 espèces de requins présentent un danger pour l’homme : le grand requin blanc, requin-tigre, requin-bouledogue, requin mako et le requin longimane. Il existe des tueurs bien plus actifs comme les serpents (10 000 morts par an), les scorpions (3 000 décès par an), les crocodiles (2000 morts par an) ou encore les abeilles (400 décès par an) !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.