Quelle époque éthique !

Réparation : la bonne idée suédoise

La Suède est en train de mettre en place une loi innovante afin d’encourager ses citoyens à réparer plutôt que de jeter. Une manière d’encourager une consommation responsable.

Pixabay
Pixabay

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version vidéo :

Formidable initiative suédoise que nous imiterons bientôt, espérons-le, pour lutter contre cette aberration qu’est l’obsolescence programmée ! Car même les industriels en conviennent, il est souvent plus avantageux d’acheter un produit neuf plutôt que de faire réparer l’ancien… Le gouvernement suédois propose donc de baisser les coûts de réparation des objets en panne en divisant par 2 la TVA à la fois sur les pièces détachées et sur la main d’œuvre. Mais cela ne s’arrête pas là, les Suédois seront fiscalement encouragés à aller chez le réparateur qu’à la déchetterie avec une déduction allant jusqu’à 50% de leurs impôts des sommes payées pour une réparation. Par ailleurs, de nouvelles taxes pourraient être appliquées aux produits contenant des matériaux non recyclables ou difficilement recyclables et réparables. Du coup la boucle est bouclée ! D’une part, il devient plus économique de faire réparer et d’autre part il devient plus cher d’acheter des objets difficiles à réparer et à recycler.

Mais évidemment tout cela a un coût…

Évidemment, environ 20 millions d’euros pour les réductions d’impôt ; et 28 millions d’euros de manque à gagner de TVA. Mais cela sera compensé à long terme en réduisant la pollution et le gaspillage qui coûtent un maximum aux pouvoirs publics mais aussi en relançant tout un pan de l’économie qui faisaient vire bien des gens autrefois, basé sur la réparation, le recyclage et l’économie circulaire. A noter que depuis 1990, la Suède a réussi à faire baisser de 23% ses émissions de gaz à effet de serre et que plus de la moitié de son électricité provient d’énergies renouvelables ; avec ces nouvelles mesures, elle fait un pas de plus pour la préservation de la planète. Sköll !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.