Quelle époque éthique !

La réalité virtuelle au secours du climat

Une étude américaine récente prouve que la réalité virtuelle donne aux spectateurs une plus grande imminence du risque environnemental qu’une vidéo normale. Les films présentés au dernier festival Sundance l’ont confirmé. Vivre VRAIMENT le changement climatique, ça fait sacrément peur.

Sans titre

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio  :

Version écrite, collaboration Nathalie Cayzac :

Le mercredi, on parle des sorties des films au cinéma, avec aujourd’hui un film peu particulier et qui n’est pas encore sur nos écrans français.

Ça ne va pas plaire à Trump car le festival du cinéma indépendant Sundance, organisé chaque année dans les montagnes de l’Utah aux États-Unis, a mis en place cette année une section consacrée au changement climatique avec documentaires et longs métrages. Et quelques expérimentations en réalité virtuelle comme « Under the Canopy » centré sur la déforestation amazonienne. Au lieu de vous en parler de façon classique, vous mettez un casque qui vous emmène dans la forêt sauvage pour suivre un membre de la tribu Trio et faire connaissance avec les indiens mais aussi des anacondas ou des paresseux. Formidable façon de nous plonger au cœur du problème ! Un autre film, « Here by dragons » vous immerge dans le cycle de vie d’un arbre, depuis sa semence jusqu’à sa destruction par l’homme. « Melting Ice », lui, vous transporte sur des glaciers qui s’effondrent, près de rivières rugissantes, à voir ce que veut dire la fonte des glaces !

En se retrouvant au milieu d’éléments déchaînés on comprend les enjeux avec nos sens et non plus seulement notre imagination !

C’est un des meilleurs moyens de rendre moins abstrait le changement climatique. Dans une série d’expérimentations en réalité virtuelle, des chercheurs des universités de Géorgie, Stanford et du Connecticut ont mis des participants à la place d’une vache parquée dans un camion ou les ont fait plonger dans la mer pour constater les ravages de l’acidification des océans sur les coraux. Les résultats, publiés dans le Journal Of Computer-Mediated Communication, montrent que la réalité virtuelle aide plus les spectateurs à comprendre les enjeux environnementaux qu’une vidéo normale. D’ailleurs, la firme taïwanaise HTC vient d’annoncer la création d’un fonds de 10 millions de dollars pour les créateurs de contenus en réalité virtuelle sur les problèmes écologiques dans le monde. Rappelons que le casque de réalité virtuelle d’HTC est en concurrence très sérieuse avec ceux de PlayStation et de Facebook ! Il n’est décidément pas facile de démêler bonnes causes et intérêts commerciaux, mais si ça peut aider la planète…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone