Climat :

Pire que le CO2 : le méthane ?

Recycler les matières premières, valoriser nos déchets en énergies, capter les émissions de CO2 et de méthane, faire payer le carbone… Quelles sont les intentions de Veolia pour réduire la consommation des gaz à effets de serre ? D’ailleurs, le méthane ne serait-il pas pire que le CO2 ? La réponse avec Pierre Victoria, directeur du développement durable du spécialiste français des services de gestion de l’eau, des déchets et des services énergétiques, rencontré lors du Business and Climate Summit dont Néoplanète était partenaire. 

clouds-21086_640
Crédit Pixabay libre de droit

Même l’incinération de vos ordures participe à l’économie circulaire – qui représente environ 10 % du chiffre d’affaires du leader mondial des services à l’environnement – qui permet de lutter contre le dérèglement climatique. D’ailleurs, saviez-vous que la production de plastique PET recyclé émet 70% de gaz carbonique en moins par rapport à celle du PET initial ?

Lutter contre les émissions de CO2 passerait aussi par le principe du pollueur-payeur afin que le coût de la pollution soit supérieur à celui de la dépollution. Quels seraient donc les intérêts d’une « redevance » carbone ?

Photo Energie renouvelable : Photothèque VEOLIA- Stéphane Lavoué

Tout le monde se focalise sur les émissions de CO2 mais il ne faut pas oublier que le méthane contribue à près de 40% des émissions de gaz à effet de serre si rapporté sur 20 ans. Or ce gaz est bien plus facile à capter et à valoriser, ce qui servirait par exemple à faire chauffer nos habitations.

Photo Méthanisation : Photothèque VEOLIA – Christophe Majani

Les smart grids sont-ils à l’ordre du jour chez Veolia ? Innovation technologique, lien entre monde industriel et monde politique… Comment les boucles locales peuvent-elles reconstruire des écosystèmes qui soient bénéfiques pour tout le monde ?

Récupération du méthane crédit Phototheque VEOLIA-Salah Benacer
Récupération du méthane crédit Phototheque VEOLIA-Salah Benacer
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.