Philippe Starck, le design écologique

Philippe Starck est un pionnier. Il en a même fait son métier. Depuis 30 ans, il imagine les objets qui feront la tendance de demain. Chaises, bouteilles, couteaux, vélos… Le designer revisite notre quotidien. Mais pas d’amalgame, Philippe Starck n’est pas un vendeur de meubles prônant  un consumérisme galopant. Il fut l’un des premier à miser sur les produits issus de l’agriculture biologique, à être touché par les thématiques de pollution et d’économie d’énergie. Et aujourd’hui, il continue d’innover. Il propose à chacun de produire sa propre énergie grâce à une éolienne personnelle. C’est ce qu’il appelle, « l’écologie démocratique ».

 

 

 

 

« Ours des forêts », Philippe Starck décrit sa sensibilité à la nature comme une « évidence ». Élevé loin de la ville, il ne jure aujourd’hui que par les grands espaces. Et tente au quotidien, d’agir en citoyen éco-responsable. (4’45)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/03/Starck-1-ok.mp3|titles=Philippe Starck sensibilité à la nature]

Le designer est également célèbre pour son sens de l’éthique, qui guide ses créations depuis des décennies. Loin de surfer sur la tendance du « greenwashing », il fut l’un des précurseur de l’écologie dans le design. (3’04)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/03/Starck-2-ok.mp3|titles=Philippe Starck engagé depuis 30 ans]

Un engagement qui l’a poussé à créer le concept d’écologie démocratique. Après le « design démocratique » censé rendre la décoration de luxe abordable, ce nouveau concept vise à rendre la production d’énergie accessible à tous. (3’15)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/03/Starck-3-ok-ok.mp3|titles=Philippe Starck l’écologie démocratique]

Au courant des grandes innovations proposées en matière d’environnement, Philippe Starck porte un regard ambigu sur la situation environnementale et les solutions à apporter. Selon lui, le « génie » humain pourra rattraper les désastres écologiques qu’il a lui même généré. Mais un changement radical des comportements sera peut-être nécessaire. Le designer n’hésite d’ailleurs pas à prononcer le mot tabou de décroissance. (4’52)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/03/Starck-4-ok.mp3|titles=Philippe Starck entre TerraPower et décroissance, des solutions à large spectre]

A la question politique, le designer ne sort pas son ton le plus enjoué. Il déplore surtout un manque de vision des décideurs politiques. Trop occupés à se faire réélire, ils ont le nez dans le guidon et ne propose aucune solution d’avenir. (2’13)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/03/Starck-5.mp3|titles=Philippe Starck les politiques le nez dans le guidon]

En fin de comptes, Philippe Starck est un optimiste. Selon lui, toute situation peut générer du positif. La décadence du monde occidental ? Une aubaine !  (4’00)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/03/Starck-6.mp3|titles=Philippe Starck le visionnaire décrypte l’avenir]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.