"Paysage d’espoir" de Jane Goodall :

La carte du monde qui donne le moral

Belle idée de l’Institut Jane Goodall : réunir sur une carte des milliers d’initiatives pour protéger les chimpanzés, recycler nos mobiles, privilégier les plantes locales ou aider un refuge pour chat.

tapestry-of-hope-photo

Ecoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30 !

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

On connait la fameuse primatologue, Jane Goodall qui mène beaucoup d’actions avec sa fondation dont un Projet au joli nom « Tapestry of Hope » (paysage d’espoir)

Il s’agit d’une carte interactive qui permet de visualiser des milliers de projets menés, partout dans le monde, par des jeunes. Elle regroupe 2 programmes forts. « Roots & shoots » de Jane Goodall, traduisez « Racines & pousses » qui aide depuis 1991 plus de 150 000 jeunes de 130 pays à replanter des arbres, sensibiliser à la protection de certaines espèces végétales rares, bref à se battre pour protéger leur quartier ou leur région. Et le programme, « Mission Blue », de Sylvia Earle, qui milite pour la protection des océans. Sur la carte on voit d’ailleurs que seul 4% de l’espace océanique est protégé contre 12% de l’espace terrestre (parcs nationaux, les sites du patrimoine mondial, monuments etc).

Du coup, sur la carte on voit des projets sur l’eau et sur la terre ! Ca donne déjà une vision assez vaste des choses…

Oui et pleine d’espoir. On voit par exemple qu’à Bali, île sublime qui a de gros problèmes de déchets jetés ici et là, notamment des sacs plastiques, la campagne « Bye – Bye plastique bags » a une équipe de plus de 25 étudiants qui vont dans les écoles pour sensibiliser les enfants et qui ont lancé une pétition pour interdire l’utilisation, la vente et la production de sacs en plastique à Bali. Autre exemple, en Autriche, la « JGI-A » (Jane Goodall Institute -Austria) fait campagne pour le recyclage des téléphones portables. L’association explique qu’il ne faut pas jeter son portable parce qu’il contient des minéraux tels que l’or, l’argent, le palladium, le cuivre, le zinc et le coltan qui ont été prélevés dans les forêts tropicales d’Afrique, ces forêts que l’on dilapide alors qu’y vivent des chimpanzés et autres singes en voie de disparition. Pour 1 téléphone rapporté, l’association reçoit 1,50€ (de la part de ceux qui recyclent le téléphone et exploitent ces matières) pour aider à protéger les chimpanzés. Déjà 2678 mobiles ont été collectés.

Ce sont vraiment des projets de toutes sortes et qui peuvent même nous donner des idées ?

Oui car certains sont très simples en effet à imiter, quand par exemple la ville de St Paul dans le Minnesota décide de décorer les rues et les espaces publics avec des plantes locales. Rien de plus facile, économique et durable alors qu’on a encore tendance partout à planter des végétaux inadaptés et du coup fragiles, nécessitant du transport etc…, on peut tous déjà privilégier les plantes locales dans nos jardins. Dernier exemple, chez nous en France à Guignen en Bretagne, petits et grands se sont réunis pour aider un refuge pour chats, les uns ont apporté de la nourriture, les autres ont fabriqué des jouets et chat, Minou a trouvé que c’était un bon coup !

585Cette chronique a été diffusée le 12 février sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.